Ouvrir le menu principal

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Les Deux Cousins.


LES DEUX COUSINS

OU
LETTRE D’UN PETIT ROI À UN PETIT DUC


1821


Air : Ah ! daignez m’épargner le reste (Air noté )


Salut ! petit cousin germain [1];
D’un lieu d’exil j’ose t’écrire.
La Fortune te tend la main ;
Ta naissance l’a fait sourire.
Mon premier jour aussi fut beau ;
Point de Français qui n’en convienne
Les rois m’adoraient au berceau ;
Et cependant je suis à Vienne ! (bis.)

Je fus bercé par tes faiseurs
De vers, de chansons, de poëmes ;
Ils sont, comme les confiseurs,
Partisans de tous les baptêmes.

Les eaux d’un fleuve bien mondain
Vont laver mon âme chrétienne :
On m’offrit de l’eau du Jourdain ;
Et cependant je suis à Vienne !

Ces juges, ces pairs avilis,
Qui te prédisent des merveilles,
De mon temps juraient que les lis
Seraient le butin des abeilles.
Parmi les nobles détracteurs
De toute vertu plébéienne,
Ma nourrice avait des flatteurs ;
Et cependant je suis à Vienne !

Sur des lauriers je me couchais ;
La pourpre seule t’environne.
Des sceptres étaient mes hochets ;
Mon bourlet fut une couronne.
Méchant bourlet, puisqu’un faux pas
Même au Saint-Père ôtait la sienne.
Mais j’avais pour moi nos prélats ;
Et cependant je suis à Vienne !

Quant aux maréchaux, je crois peu
Que du monde ils t’ouvrent l’entrée ;
Ils préfèrent au cordon bleu,
De l’honneur l’étoile sacrée.
Mon père à leur beau dévoûment
Livra sa fortune et la mienne.
Ils auront tenu leur serment ;
Et cependant je suis à Vienne !


Près du trône si tu grandis,
Si je végète sans puissance,
Confonds ces courtisans maudits,
En leur rappelant ma naissance.
Dis-leur : « Je puis avoir mon tour ;
« De mon cousin qu’il vous souvienne.
« Vous lui promettiez votre amour ;
« Et cependant il est à Vienne ! »



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


LES DEUX COUSINS.

Air : Daignez m’épargner le reste. (d’Alexis).
No 159.



\relative c'' {
  \time 2/2
  \key g \major
  \autoBeamOff
  \tempo "Allegretto."
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 120
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
r4 b b b | b e b a | g b dis, e
% {page actuelle}
fis g a fis | g e8 b' b4 b | b e b a
g b dis, e | fis g a fis | g d8 b' b4 b
c c c c | b b b b | a a a a
g g8 b b4 e | dis b b e | dis4. b8 b4 e 
dis b b e
  dis1\fermata
  e4 (b) a g
  fis c' \appoggiatura b8 a4 \appoggiatura g8 fis4
e2. ( \appoggiatura g8 fis4)
  g1
  e'4 (b) a g
  fis c' \appoggiatura b8 a4 \appoggiatura g8 fis4
  e2. ( \appoggiatura g8 fis4)
  e1 \bar "||"
}
\addlyrics {
Sa -- lut pe -- tit cou -- sin ger -- main
D’un lieu d’e -- xil j’o -- se t’é -- cri -- re
La For -- tu -- ne te tend la main
Ta nais -- san -- ce l’a fait sou -- ri -- re
Mon pre -- mier jour aus -- si fut beau
Point de Fran -- çais qui n’en con -- vien -- ne
Les rois m’a -- do -- raient au ber -- ceau
Les rois m’a -- do -- raient au ber -- ceau
Et ce -- pen -- dant je suis à Vien -- ne
Et ce -- pen -- dant je suis à Vien -- ne.
}

Haut

  1. Le roi de Rome, par sa mère, fille d’une princesse de Naples, était cousin des Bourbons de France, et issu de germain avec le duc de Bordeaux.