Ouvrir le menu principal

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Chant du Cosaque.


LE CHANT DU COSAQUE


Air : Dis-moi, soldat, dis-moi, t’en souviens-tu ? (Air noté )


Viens, mon coursier, noble ami du Cosaque,
Vole au signal des trompettes du Nord.
Prompt au pillage, intrépide à l’attaque,
Prête sous moi des ailes à la Mort.
L’or n’enrichit ni ton frein ni ta selle ;
Mais attends tout du prix de mes exploits.

Hennis d’orgueil, ô mon coursier fidèle,
Et foule aux pieds les peuples et les rois.

bis.


La Paix, qui fuit, m’abandonne tes guides ;
La vieille Europe a perdu ses remparts.
Viens de trésors combler mes mains avides ;
Viens reposer dans l’asile des arts.
Retourne boire à la Seine rebelle,
Où, tout sanglant, tu t’es lavé deux fois.
Hennis d’orgueil, ô mon coursier fidèle !
Et foule aux pieds les peuples et les rois.

Comme en un fort, princes, nobles et prêtres,
Tous assiégés par des sujets souffrants,
Nous ont crié : Venez ! soyez nos maîtres ;
Nous serons serfs pour demeurer tyrans.

J’ai pris ma lance, et tous vont devant elle
Humilier et le sceptre et la croix.
Hennis d’orgueil, ô mon coursier fidèle !
Et foule aux pieds les peuples et les rois.

J’ai d’un géant vu le fantôme immense
Sur nos bivouacs fixer un œil ardent.
Il s’écriait : Mon règne recommence !
Et de sa hache il montrait l’Occident.
Du roi des Huns c’était l’ombre immortelle :
Fils d’Attila, j’obéis à sa voix.
Hennis d’orgueil, ô mon coursier fidèle !
Et foule aux pieds les peuples et les rois.

Tout cet éclat dont l’Europe est si fière,
Tout ce savoir qui ne la défend pas,
S’engloutira dans les flots de poussière
Qu’autour de moi vont soulever tes pas.
Efface, efface, en ta course nouvelle,
Temples, palais, mœurs, souvenirs et lois.
Hennis d’orgueil, ô mon coursier fidèle !
Et foule aux pieds les peuples et les rois.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


LE CHANT DU COSAQUE.

Air : Dis-moi, soldat, dis-moi, t’en souviens-tu ?
No 199.



\relative c'' {
  \time 2/2
  \key g \major
  \autoBeamOff
  \tempo "Allegretto."
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 120
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
\partial 2 r8 d d d | d4 (b8) b b b b b
% {page actuelle}
b8.[ (g16)] g4 r8 g g g
  a4. g8 fis a d8. c16
  b2 r8 d d d
d4 (b8) b b b b b
  b8.[ (g16)] g4 r8 g g b
a4. c8 b8. a16 g8. fis16
  g2 r8 g a b
  c4. c8 c d16[ (e)] d8. c16
c4 b8 r r g a8. b16
  c4. c8 c d16[ (e)] d8 c
  b2 r8 d d d
d4 (b8) b b b b b 
  b8.[ (g16)] g4 r8 g g g
a4. g8 fis a d8. c16
  b2 r8 d d d
  e4. c8 c c d8. e16
cis8[ (d)] d4 r8 d g8. b,16
  a4. e'8 d b c8. a16
b2 r8 d g8. b,16
  a4. e'8 d b c8. a16
  g2 \bar "||"
}
\addlyrics {
Viens mon cour -- sier noble a -- mi du co -- sa -- que
Vole au si -- gnal des trom -- pet -- tes du Nord
Prompt au pil -- lage in -- tré -- pide à l’at -- ta -- que
Prê -- te sous moi des ai -- les à la mort
L’or n’en -- ri -- chit ni ton frein ni ta sel -- le
Mais at -- tends tout du prix de mes ex -- ploits
Hen -- nis d’or -- gueil ô mon cour -- sier fi -- dè -- le
Et foule aux pieds les peu -- ples et les rois
Hen -- nis d’or -- gueil ô mon cour -- sier fi -- dè -- le
Et foule aux pieds les peu -- ples et les rois
Et foule aux pieds les peu -- ples et les rois.
}

Haut