Thresor de la langue françoise/Allier

Index Général A B C D E F G H I JK L M N O P Q R S T UV W X Y Z
(2p. 27-28).
◄  Allicher
Allobroges  ►

Allier, Il vient de Alligo, alligas.

S’allier & s’associer, Congerminare.

S’allier ensemble pour faire quelque chose, soit bonne ou mauuaise, Conspirare, Coire in foedus.

S’allier auec aucun, Accedere ad amicitiam alicuius, Venire in amicitiam alicuius, Affinitates cum aliquo iungere, Adiungere se alteri, Iungi foedere alicui.

Allier à soy vne ville, Vrbem aliquam in societatem sibi adiungere.

Qu’on ne peut allier & ioindre ensemble, Insociabilis.

Quand on s’allie & fait-on guerre ensemble, Socia arma.

Fort allié & grand amy, Pernecessarius.

Qui est allié de parenté à aucun, Iunctus alicui cognatione.

Qui est allié & confederé auec nous par vne alliance publique, Publicè socius.

Ville alliée au peuple Romain par plaisirs & seruices qu’elle a fait, Coniuncta officiis cum Popul. Rom. ciuitas.

Les arts sont alliez les vns auec les autres, Artes continentur cognatione quadam inter se.

Peuples alliez, Fœderati populi.

Nations alliées, Deuinctæ firma pace nationes, Foederatæ nationes.

Nos alliez, Fratres nostri.

Les alliez du peuple Romain & compagnons, Socij populi Romani.

Les alliez & confederez d’vn Prince, Fœderati, non autem, confœderati, vide Spieglium in Lexico iuris.

Alliance ancienne, Connubium vetustum. liu. lib. 23.

Alliez & complices en quelque meffait, Conscij & affines criminis.

Parens & alliez, Necessarij & propinqui.

Alliance, Necessitas.

Alliance entre aucuns, Fœdus.

Alliance par laquelle on s’associe, Sociale fœdus, Pactum fœdus.

Vne alliance qu’on ne tient pas, Pax infida, Fœdus infidum.

Alliance que deux personnages ont ensemble pour auoir versé en mesme science, Cognatio studiorum.

Alliance de mariage, Coniugiale fœdus.

L’alliance que deux ont ensemble de s’entre-loger, quand ils vont au païs l’vn de l’autre, Hospitium.

Il doit sçauoir quelles alliances & conditions vn chacun d’eux a auec nous, Qua quisque sit lege, conditione, fœdere, tenere debet.

L’amitié & l’alliance qu’on a l’vn auec l’autre, à cause d’estre d’vn païs Popularitas.

Ie te recommande Suffidius auec lequel i’ay toutes les alliances du monde, Suffidium, quocum mihi omnes necessitudines sunt, tibi commendo.

Ils ont vne alliance & societé entre eux que nature leur a apporté, Ingenerauit natura societatem vtrisque. Si tu veux que cette alliance dure tousiours, Si perpetuam vis esse affinitatem hanc.

A fin de brasser vne alliance entre toy & ta parenté, Vt conciliarem inter te atque tuos affinitatem.

Donner alliance à aucun auec vn autre, Adiungere aliquem alteri.

Faire alliance. Fœdus facere, Percutere fœdus, Icere fœdus, Inire fœdus, Sancire fœdus.

Faire alliance ensemble, Affinitates & foedera cum aliquo iungere, Coire in fœdera.

Faire alliance auec aucuns par amitié, In amicitiam aliquorum venire.

Faire alliance auec aucun, & le prendre à compagnon, Societatem cum aliquo facere, Coire societatem cum aliquo.

Faire alliance auec vne ville, Vrbem aliquam in societatem sibi adiungere.

Faire alliance d’hospitalité auec aucun, Hospitium cum aliquo facere.

Quand deux Princes ou Nations faisoient alliance & accord ensemble, le confermant par certaines ceremonies & sacrifices, mesmes d’vne truye qu’ils auoient accoutumé de sacrifier, Ferire fœdus.

Prendre ou faire alliance, Fœdus concipere, amicitiam constituere cum aliquo.

Prendre nouuelles alliances, Fœdera accipere.

Prendre alliance auec vn autre, adiungere se ad aliquem.

Quitter à aucun son alliance, & luy declairer qu’on s’en depart, Renuntiare hospitium alicui, & domo emigrare.

Rompre l’alliance & conuenance, Foedus frangere, Violare, Temerare, Rumpere, Soluere.

Rompre l’alliance d’hospitalité que deux maisons ont ensemble, & briser la marque & enseigne que chacun a par deuers soy de ladite alliance, Tesseram hospitalem confringere.

Se retirer de l’alliance faite auec aucun, Faucer sa foy à aucun, Fidem alicuius deferere.

Tenir l’alliance pour rompuë, Pro rupto fœdus habere.

allobroges, Le païs de Sauoye & de Dauphiné, Allobroges à singulari Allobrox. On appelle auiourd’huy les gens de ce païs-là Brodes, par corruption de cedit mot Allobroges.

Alloigner, C’est chasser & mettre loing deuant, & enforlonge, comme, Le Loup ne fuit gueres loing des chiens courans, si leuriers ou mastins ne l’alloignent.

Allouui, C’est à dire, Affamé comme vn Loup, Inexplebili fame laborare.

Allumer, Accendere, Incendere, Succendere, Inflammare, animare.

S’allumer & brusler, Exardescere.

S’allumer & s’embraser, Ardescere.

S’allumer & ietter vne lueur & couleur de feu, Ignescere.

Allumer le feu de plus en plus, Ignem adiuuare.

Allumer & esclairer à aucun, Praelucere alicui, Lumen vel facem alicui præferre.

Toutes choses propres à allumer & nourrir le feu, comme petits esclas, allumettes, drapeaux en vn fusil, & semblables, Fomes, Cremium.

Allumettes, Sulphurata, assulæ tenues sulphuratæ.

Almandes, Sont petites barques, faites d’escorce de bois de quatre brassées de long, dont vsent les sauuages d’Afrique sur l’eauë, Nauigiola corticea.

Alman, Germanus, Alemannus.

A demy alman, Semigermanus.

Almanach, Videtur Arabica dictio aut Chald. al est articulus Le, & mana, Hebraicè siue Chaldaicè, & numerare. In Calendario enim numerantur menses & dies.

Alme, Almus, Ronsard, Alme soleil, l’Italien dit Almo.

Alme liberté, Alma libertas. Il vient de Alo, id est, nutrio.

Almorauides, En pluriel, m. penac. Comme escrit Alphonse X. Roy de Castille, en la 4. partie de sa Chronique d’Espagne, sont gents de cheual Mores, gentils-hommes, les meilleurs hommes d’armes Morisques qui soient en toute cette nation là ; la renommée desquels fut grande du regne de Yuaeaf Alienaxefyn Roy de Marruecos, auquel ils donnerent le sur-nom de Miramomelin, pour tiltre d’honneur, qui signifie Seigneur des autres Seigneurs, voyez Miramomelin & Mamaluc.

Aloë, m. acut. Est ce suc tres-amer conglutiné en gomme, & endurcy, de couleur rougeastre, tirant sur le verd, qui vient d’vne herbe de fueille grasse, portant le mesme nom, dont Dioscoride traitte au 22. cha. du 3. lib. des Plantes. Aucuns estiment que ce mot dont les Grecs, Latins, François & Italiens (car l’Espagnol l’appelle Acibar) vsent, soit extrait de l’Hebrieu Ahala, par transposition de l, & h. Les maques du bon sont de la couleur semblable au foye, vn peu verdoyant, clair & luisant, qu’on appelle Cicotrin, de çocotora, Isle sur l’emboucheure de la mer Rouge, où il vient excellent. Autres le nomment Aloës de vessie, par ce que cette gomme cy est aussi tost enueloppée de la vessie d’vn pourceau, mouton, ou autre beste, afin que l’esuent ne l’Empire, lequel mot ne monstre que la conseruation dudit Aloës, sans plus. Le Portugais dit Oloës çocotorino. Iean de Barros, 2. decad. cap. 4. voyez Pline li. 27. cha. 4.

Alonger, Producere, Prolongare, Extendere, Protendere.

Alonger des peaux auec les dents, Pelles dentibus producere.

Alonger & retarder vn proces, Fuïr & delayer, Litem extrahere, Du-


cere causam, Litem ducere ac trahere.

Alongé, Productus.

Alongé ou Alongement, Productio.

alfonse, Nom propre d’homme frequent en Espagne, Alphonsus.

Alopecie, Alopecia, alopeciæ, C’est quand par corruption d’humeurs le poil tombe de la teste & du visage.

Alors, Semble qu’il vient de ce mot Hora, pro tempore, comme qui diroit Ad illam horam, Aussi dit-on, A cette heure là. Ainsi pour abbreger dit-on Alors, ou Alor, & semble qu’on y pourroit mettre vn h, Alhors, ou Alhor, Tunc, Tum, In præsens, Hîc, Eo loci.

Alors il se deura defendre, Defendere se eo loci debebit.

Alors qui est & qui sera, Impræsentiarum, Aduerb.

Alose, Alosa, Trissa.

Se Alouser, C’est se loüer & vanter. Artus de Bretaigne.

Aloüer aucun fait, c’est à dire Approuuer, & comme Aduoüer ou auoir agreable. Aloüer vne despense faite, Expensum ferre. Semble qu’il vienne de Laudare. Aloüer pour Employer, ou Essiller sembleroit venir de Ablocare.

Alouette, Alauda, Cassita, Galerita, Corydalus.

Aloüette de mer, Alauda marina.

Aloüette de pré, ou petite Aloüette, on Farlouse, Alauda pratensis, pource qu’on la trouue tousiours faisant son nid en l’herbe des prés.

Aloy, C’est la droiture de la composition de la monnoye : comme si on disoit, la loy, norme & prescrit de la composition d’icelle monnoye. Aloy aussi est vne espece d’oyseau, qu’on dit Aloe, Alauda.

Aloyne, voyez Aluyne.

Les Alpes, Alpes.

Qui est des Alpes, Alpinus.

La Gaule qui est dela, ou par dela les Alpes, Gallia transalpina.

Alquemie, ou Arquemie, Alchimia. Iulius Firmicus. Rhodiginus autem hac de re sic ait : Artem quam Chemiam vocant, verbo luxato Alchimiam dicunt, vel Archimiam, puto quasi ῴρρϰ χερμέιαν. Haec ille. Porrò Chemia, est auri & argenti praeparatio.

Alsace, Païs fort fertile le long du Rhin, Alsatia, les Alemans vulgairement prononcent Elsas, Aucuns Edelsas, comme qui diroit Noble assiette. Elle a autrefois esté desmembrée de Lorraine.

Les habitants de ce pays, Tribarchi, Tribotes, alsati.

Alteré, Qui est alteré, Siticulosus, Enectus siti.

Estre fort alteré, Ardere siti, Arida sitis vrit guttur.

Vn os alteré, Os alienatum.

Alterer, Adducere sitim, Accendere sitim.

Alterer, pour Faire autre, Corrompre, Alienare, Variare.

Oster l’alteration, Depellere sitim, Restringere vel Sistere.

Alteres, Aestus animi, Fluctuationes. Ce sont außi paßions vehementes.

Alteré d’affection amoureuse, id est, Paßionné.

Les bons vieux peres, lors qu’ils estoient és alteres pour prophetizer. Pasquier : c’est à dire és alienations d’esprit & hors deux-mesmes, comme la Sibylle de Virgile. Cela se nomme Enthusiasmus ένθευσιασμόζ, ou afflatus diuinus, Numinis afflatio.

Alterner, alternare.

Alternation, Alternatio.

Par alternations, L’vn apres l’autre, Chacun sa fois, ou à son tour, Alternis, Alterna vice, Alternis vicibus, Per alternas vices.

Par alternation & changements d’ans, Vicibus annorum.

Alternatiuement, L’vn apres l’autre, Alternatim, alternè, alternis.

Alterquer, Altercari.

Il alterquoit contre ou auec Vatinius, Altercabatur cum Vatinio.

Ils alterquent ensemble comme femmes, Altercantur inter se mulierem ritu.

Altercateur, Altercator.

Altercation, Altercatio.

Aluyne, ou Aloyne, Comme non moins amere que Aloë, Absynthium, voyez Absynce.

Vin d’aluyne, Absynthites vinum.

Alumelle de couteau, vel fortè rectius Alemelle, quasi Lamella diminutiuum à Lamina, Comme nous disons de Femme, Femelle : ainsi de Lame, Lamelle. Lalemelle d’vn couteau, pour La lamelle. Encore dit-on auiourd’huy, vne lame d’espée.

Alumette, voyez Allumer.

Alun, Alumen, Stypteria, Stypteriæ.

Alun de plume, Trichitis, huius trichitis.

Eauë alumineuse qui passe par l’alun, Aluminata aqua, Aluminosa aqua.

Eauë en laquelle on a mis de l’alun, ou qui passe par veines & minieres d’alun, Aluminata aqua.

Veines & minieres d’alun, Metalla stypteriæ.