Sur la route (Bruant)/Ventrilogie

Sur la Route : chansons et monologuesAristide Bruant (p. 183-186).


VENTRILOGIE


Ben, quéqu’ t’en dis, mon vieux Justin,
Les méd’cins, crois-tu qu’c’est des types !
I’s vont nous sonder l’intestin
Et nous examiner les tripes.
L’docteur Toulouse a trouvé ça :
I’ vient… i’ sonne… on ouvre… il entre,
Et puis i’ vous r’garde c’qu’on a

Dans l’ventre.


C’est par l’auteur de l’Assommoir
Qu’il a commencé sa tournée.
Il l’a sondé, sans l’émouvoir,
Pendant plus d’un’ demi-journée.
Il l’a palpé du haut en bas,
Il a distillé son urée,
Il a médité sur son cas,
Analysé sa diarrhée ;
Car Émil’ Zola l’a itou !
I’ n’a pus qu’la cervell’ qu’est bonne ;
I’ fait des livr’… et pis v’là tout,
Mais i’ n’a pas fait la colonne.
Ses Rougon-Macquart… oh la ! la !
C’est pas un’ raison pour qu’il entre
À l’Académi’ s’i’n’a qu’ça

Dans l’ventre.

D’ailleurs c’est un dégénéré,
Un louf… un maboul de génie,
Et l’docteur nous a démontré
Qu’c’est un Mossieu qu’a la manie
D’écrir’ sous l’nom d’Émil’ Zola
Des volum’s qui s’vend’nt bien, mais entre
Nous, i’ paraît qu’c’est tout c’qu’il a

Dans l’ventre.

Novembre, 1896.