Sur la route (Bruant)/Sur la route

List2 gray&blue.svgPour les autres utilisations de ce mot ou de ce titre, voir Sur la route.
Sur la Route : chansons et monologuesAristide Bruant (p. 7-10).
Du pain  ►


SUR LA ROUTE


Qu’ça peut vous faire où qu’nous allons ?
Ça vous r’garde pas, que j’suppose.
D’abord, j’allons où qu’nous voulons…
… Où qu’vous voulez… c’est la mêm’ chose.
Vous êtes d’ceux qu’ont des états ?
Ben ! quéqu’vous voulez qu’ça nous foute ?
Des états !… j’en connaissons pas…
Nous, not’métier, c’est d’marcher su’la route.


Comm’ si qu’on aurait besoin d’nous
Pour fouiller la panse à la terre,
Ou pour er’piquer du plant d’choux ?…
Nous, on n’est pas propriétaire !
J’ons pas besoin d’nous fair’ du sang,
Et j’aimons mieux ronger eun’croûte
Que d’travailler pour du pain blanc…
Nous, not’ métier, c’est d’marcher su’la route.

On n’est pas jaloux des vign’rons…
C’est des gars qu’ont vraiment trop d’peine.
Les malheureux !… nous, j’préférons
Boire d’la flott’ tout’ not’ semaine.
Parguié ! j’l’aimons aussi, l’bon vin,
Mais j’en boirions jamais eun’ goutte
S’i’ fallait fair’ pousser l’raisin…
Nous, not’ métier, c’est d’marcher su’la route.

À quoi qu’ça sert ed’travailler ?
À rien… qu’à s’esquinter les tripes :
Tous les matins faut s’réveiller,
Faut partir avec des équipes…
Et pis faut crever su’l’bouleau
Pour un patron qui vous dégoûte.
Malheur !… i’s auront pas not’peau…
Nous, not’ métier, c’est d’marcher su’la route.