Page:Mercure de France, t. 33, n° 121, janvier-mars 1900.djvu/444 - Autres langues