Ouvrir le menu principal

Modifications

<noinclude><pagequality level="3" user="Seudo" /></noinclude>ments de nez auxquels j’étais alors sujet et qui
étaient si abondants qu’ils me privaient parfois de
tout sentiment.

Lorsque Signorelli, dont je garderai un éternel
souvenir, eut mis en place son tableau, il partit pour
Cortona. Il fut escorté, une grande partie de la
route, par une foule de citoyens, de parents et d’amis
qui désiraient lui donner un éclatant témoignage
d’amitié et d’estime.

À cette époque Silvio Passerini, cardinal de Cortona,
résolut d’orner de peintures un palais qu’il
avait fait construire à une demi-lieue des murs de
la ville, par Benedetto Caporali, peintre pérugin
qui, peu de temps auparavant, avait commenté
Vitruve&nbsp;{{refl|20|nosup|num=(20)}}. Benedetto couvrit de fresques tout ce
palais, avec l’aide de Tommaso&nbsp;{{refl|21|nosup|num=(21)}} et de plusieurs
autres élèves parmi lesquels nous citerons Masso
Papacello de Cortona, qui était son disciple aussi
bien que celui de Jules Romain, comme nous le
dirons ailleurs. Le cardinal ayant voulu aussi avoir
quelque chose de la main de Signorelli, celui-ci
commença un Baptême du Christ à fresque sur la
façade de l’autel de la chapelle du palais ; mais la
mort, qui vint le frapper à l’âge de quatre-vingt-deux
ans, l’empêcha d’achever cet ouvrage.

Luca Signorelli se distingua par la pureté de ses
mœurs, sa sincérité, sa loyauté, sa douceur, sa bienveillance
et sa générosité. Jamais il ne refusa ses services
à ceux qui les réclamèrent. Il mettait une
extrême complaisance à initier ses élèves aux secrets
de son art&nbsp;{{refl|22|nosup|num=(22)}}. Il vécut splendidement en seigneur<noinclude>
<references/></noinclude>
20 980

modifications