Ouvrir le menu principal

Modifications

<noinclude><pagequality level="3" user="Seudo" /></noinclude>même quelques parties dans son Jugement de la
chapelle Sixtine, comme chacun peut s’en
convaincre. Signorelli introduisit dans cette vaste page
son propre portrait et ceux de ses amis Niccolò,
Paolo et Vitellozzo Vitelli, Giovan-Paolo et Orazio
Baglioni, et de plusieurs autres dont les noms sont
inconnus&nbsp;{{refl|16|nosup|num=(16)}}.

À Santa-Maria-di-Loreto, il peignit à fresque
dans la sacristie les quatre Évangélistes, les quatre
Docteurs et d’autres saints qui sont très-beaux. Il fut
libéralement récompensé de ce travail par le pape
Sixte&nbsp;{{refl|17|nosup|num=(17)}}.

Luca Signorelli avait un fils qu’il aimait beaucoup,
et qui fut tué à Cortona. Lorsqu’on lui apporta
le corps de ce malheureux jeune homme, il sut
assez maîtriser son amère douleur pour le faire
dépouiller de ses vêtements et le peindre lui-même
sans verser une larme. Il voulait que son art lui
conservât au moins le souvenir de l’enfant chéri
que la nature lui avait donné et que la fortune ennemie
lui avait enlevé.

Quelque temps après, Luca Signorelli fut appelé à
Rome par le pape Sixte avec une foule d’autres
peintres. Il y conduisit à fin, dans la chapelle Sixtine,
deux tableaux que l’on compte parmi les meilleurs.
Le premier représente la Promulgation de l’ancienne
loi, et le second la Mort de Moïse.

Après avoir travaillé pour la plupart des princes
de l’Italie, Signorelli retourna, dans un âge avancé,
à Cortona où, sur ses dernières années, il s’occupa
encore de peinture, non par besoin, mais parce qu’il<noinclude>
<references/></noinclude>
21 019

modifications