Ouvrir le menu principal

Modifications

<noinclude><pagequality level="3" user="Seudo" /></noinclude>rina et celle de la Trinità, que l’on serait tenté
d’attribuer au pinceau de Pietro della Francesca&nbsp;{{refl|5|nosup|num=(5)}}.
À Sant’-Agostino, il laissa deux anges à fresque
dans la chapelle del Sagramento&nbsp;{{refl|6|nosup|num=(6)}}, et le tableau
de saint Nicolas de Tolentino, qu’il accompagna de
divers sujets traités en petite proportion, et remarquables
par la beauté du dessin et de l’invention&nbsp;{{refl|7|nosup|num=(7)}}.
À San-Francesco, il fit pour Messer Francesco, docteur
ès-lois, dans la chapelle degli Accolti, un
tableau où il introduisit le portrait de Messer Francesco
lui-même et ceux de plusieurs femmes de sa
famille&nbsp;{{refl|8|nosup|num=(8)}}. Cette composition renferme un admirable
saint Michel couvert d’une armure éclatante
et pesant les âmes dans une paire de balances. On
voit ensuite un démon entièrement nu, auquel est
attaché un lézard qui lui lèche le sang d’une blessure.
Enfin, viennent la Vierge et l’Enfant Jésus,
saint Étienne, saint Laurent, sainte Catherine et
deux anges, dont l’un joue du luth et l’autre du
rebec&nbsp;{{refl|9|nosup|num=(9)}}. Ces dernières figures sont couvertes de
draperies et d’ornements merveilleux, mais elles
sont loin de pouvoir être comparées aux figurines
du gradin&nbsp;{{refl|10|nosup|num=(10)}}.

Signorelli exécuta de nombreux travaux à Pérouse&nbsp;{{refl|11|nosup|num=(11)}}, et, entre autres, dans la cathédrale,
pour Messer Jacopo Vannucci de Cortona, un
tableau représentant la Vierge, saint Onuphre, saint
Herculan, saint Jean-Baptiste, saint Étienne et un
ange qui accorde un luth&nbsp;{{refl|12|nosup|num=(12)}}. À Volterre, il peignit
à fresque, dans l’église de San-Francesco, sur
l’autel d’une confrérie, une Circoncision que l’on<noinclude>
<references/></noinclude>
21 018

modifications