« Page:Le Tour du monde - 03.djvu/216 » : différence entre les versions

(→‎Page non corrigée : Page créée avec « <nowiki /> Nous avions tout d’abord aperçu un feu au fond de la baie ; puis le lendemain matin un autre feu s’alluma sur l’un des îlots. Bientût une pirogue s’... »)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
[[Catégorie:Images à reprendre]]
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 20 : Ligne 20 :
maris s’y prennent pour manger du biscuit. Heureusement des âmes plus charitables que celles de leurs maîtres
maris s’y prennent pour manger du biscuit. Heureusement des âmes plus charitables que celles de leurs maîtres
leur jettent leur part de festin.
leur jettent leur part de festin.
<noinclude>

[[Fichier:Le Tour du monde-03-p216.jpg|thumb|center|350px|{{c|Vigogne surprise par un couguar. — Dessin de L. Rouyer d’après nature.}}]]
</noinclude>
Nos trois gaillards se familiarisèrent assez vite, mais
Nos trois gaillards se familiarisèrent assez vite, mais
sans perdre leur air d’étonnement et une grande disposition à la panique. C’étaient des hommes bien découplés,
sans perdre leur air d’étonnement et une grande disposition à la panique. C’étaient des hommes bien découplés,
56 801

modifications