Différences entre versions de « Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 6.djvu/411 »

aucun résumé de modification
m
 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
même de ce volume, n’est point de suivre en détail l’histoire de {{Hwp|Byzance|Byzance}} ; mais un coup d’œil rapide sur le règne et sur le caractère de l’empereur Léon, peut servir à faire apprécier les derniers efforts que l’on tenta pour sauver de sa ruine l’{{Hwp|Empire romain d'Occident|empire d’Occident}}<ref group=aj>Les auteurs originaux des règnes de {{Hwp|Marcien|Marcien}}, {{Hwp|Léon Ier (empereur byzantin)|Léon}} et {{Hwp|Zénon (empereur byzantin)|Zénon}}, sont réduits à quelques fragmens ; et il faut suppléer aux lacunes par les compilations plus récentes de {{Hwp|Théophane le Confesseur|Théophane}}, {{Hwp|Jean Zonaras|Zonare}} et {{Hwp|Georges Cédrène|Cedrenus}}.</ref>.
+
même de ce volume, n’est point de suivre en détail l’histoire de {{Hwp|Byzance|Byzance}} ; mais un coup d’œil rapide sur le règne et sur le caractère de l’empereur Léon, peut servir à faire apprécier les derniers efforts que l’on tenta pour sauver de sa ruine l’{{Hwp|Empire romain d'Occident|empire d’Occident}}<ref>Les auteurs originaux des règnes de {{Hwp|Marcien|Marcien}}, {{Hwp|Léon Ier (empereur byzantin)|Léon}} et {{Hwp|Zénon (empereur byzantin)|Zénon}}, sont réduits à quelques fragmens ; et il faut suppléer aux lacunes par les compilations plus récentes de {{Hwp|Théophane le Confesseur|Théophane}}, {{Hwp|Jean Zonaras|Zonare}} et {{Hwp|Georges Cédrène|Cedrenus}}.</ref>.
   
 
{{HdcerHors|Léon, empereur de l’Orient. A. D. 457-474.|ch36.20}}
 
{{HdcerHors|Léon, empereur de l’Orient. A. D. 457-474.|ch36.20}}
Depuis la mort de {{Hwp|Théodose II|Théodose le jeune}}, la tranquillité de Constantinople n’avait été interrompue ni par des guerres étrangères, ni par des factions domestiques. Le modeste et vertueux {{Hwp|Marcien|Marcien}} avait reçu la main de {{Hwp|Pulchérie|Pulchérie}} et le sceptre de l’Orient ; plein de reconnaissance, il respecta toujours le rang et la virginité de son épouse ; et l’empereur donna le premier, lorsqu’il la perdit, l’exemple du culte dû à la mémoire de cette sainte impératrice<ref group=aj>Sainte Pulchérie mourut (A. D. 453) quatre ans avant son mari titulaire ; et les Grecs modernes célèbrent sa fête le 10 de septembre. Elle légua son immense patrimoine pour des usages pieux, ou du moins pour l’usage de l’Église. ''Voyez'' {{Hwp|Louis-Sébastien Le Nain de Tillemont|Tillemont}} (''Mém. ecclés.'', t. {{rom2|XV|15}}, p. 181-184).</ref>. Occupé seulement des intérêts de son empire, Marcien semblait contempler les malheurs de Rome avec indifférence ; et l’on attribua le refus que faisait un prince actif et courageux de se déclarer contre les {{Hwp|Vandales|Vandales}}, à une promesse secrète que {{Hwp|Genséric|Genseric}} lui<ref group=aj follow=p402>dont avait déjà usé et abusé le génie de {{Hwp|Claudien|Claudien}}, est constamment l’unique et misérable ressource de {{Hwp|Sidoine Apollinaire|Sidonius}}.</ref>
+
Depuis la mort de {{Hwp|Théodose II|Théodose le jeune}}, la tranquillité de Constantinople n’avait été interrompue ni par des guerres étrangères, ni par des factions domestiques. Le modeste et vertueux {{Hwp|Marcien|Marcien}} avait reçu la main de {{Hwp|Pulchérie|Pulchérie}} et le sceptre de l’Orient ; plein de reconnaissance, il respecta toujours le rang et la virginité de son épouse ; et l’empereur donna le premier, lorsqu’il la perdit, l’exemple du culte dû à la mémoire de cette sainte impératrice<ref>Sainte Pulchérie mourut (A. D. 453) quatre ans avant son mari titulaire ; et les Grecs modernes célèbrent sa fête le 10 de septembre. Elle légua son immense patrimoine pour des usages pieux, ou du moins pour l’usage de l’Église. ''Voyez'' {{Hwp|Louis-Sébastien Le Nain de Tillemont|Tillemont}} (''Mém. ecclés.'', t. {{rom2|XV|15}}, p. 181-184).</ref>. Occupé seulement des intérêts de son empire, Marcien semblait contempler les malheurs de Rome avec indifférence ; et l’on attribua le refus que faisait un prince actif et courageux de se déclarer contre les {{Hwp|Vandales|Vandales}}, à une promesse secrète que {{Hwp|Genséric|Genseric}} lui<ref follow=p402>dont avait déjà usé et abusé le génie de {{Hwp|Claudien|Claudien}}, est constamment l’unique et misérable ressource de {{Hwp|Sidoine Apollinaire|Sidonius}}.</ref>