« Page:Agoult - Histoire de la révolution de 1848, tome 2.djvu/186 » : différence entre les versions

m
(→‎Page non corrigée : Page créée avec « <nowiki /> Toutes ces attaques, répétées journellement par la presse royaliste, produisaient une impression très-vive sur les esprits. Dans les salons de l’ancienn... »)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 16 : Ligne 16 :


Pendant que le gouvernement allait ainsi s’affaiblissant
Pendant que le gouvernement allait ainsi s’affaiblissant
dansl’opinion, il se divisait chaque jour davantage.’A partir
dans l’opinion, il se divisait chaque jour davantage. À partir
du 16 avril, les discussions dans le conseil devinrent
du 16 avril, les discussions dans le conseil devinrent
d’une violence inouïe. {{M.|Marrast}} et {{M.|Ledru-Rollin}} ne
d’une violence inouïe. {{M.|Marrast}} et {{M.|Ledru-Rollin}} ne
Ligne 24 : Ligne 24 :
quelquefois la minorité tout entière, menaçait de
quelquefois la minorité tout entière, menaçait de
se retirer. C’est de cette manière qu’elle obtint coup sur
se retirer. C’est de cette manière qu’elle obtint coup sur
coup plusieurs décisions entièrement opposéés à l’opinion
coup plusieurs décisions entièrement opposées à l’opinion
qui venait de triompher. Ainsi, le 18 avril, on vit paraître
qui venait de triompher. Ainsi, le 18 avril, on vit paraître
au Moniteur une première proclamation qui affectait de
au ''Moniteur'' une première proclamation qui affectait de
confondre dans un même remercîment au peuple les deux
confondre dans un même remercîment au peuple les deux
journées si différentes du 17 mars et du 16 avril. Une proclamation
journées si différentes du 17 mars et du 16 avril. Une proclamation
rédigée en conseil par {{M.|Louis}} Blanc confirmait
rédigée en conseil par {{M.|Louis}} Blanc confirmait
la liberté des clubs déjà menacée, frappait de réprobation
la liberté des clubs déjà menacée, frappait de réprobation
celui du citoyen Margox, rue Mcnilmontant, n° 21 ; enfin, la veille
<ref follow=p181>celui du citoyen Margox, rue Ménilmontant, n° 21 ; enfin, la veille
même du.jour qu’il vit triompher la République, le citoyen Albert travaillait
même du jour qu’il vit triompher la République, le citoyen Albert travaillait comme mécanicien dans la fabrique de boutons du citoyen
comme mécanicien dans la fabrique de boutons du citoyen
Bapterousse, rue de la Muette, n° 16, où se trouvent encore aujourd’hui
Bapterousse, rue de la Muette, n° 16, où se trouvent encore aujourd’hui
sa blouse et son pantalon de travail. Ces explications simples et
sa blouse et son pantalon de travail. Ces explications simples et
précises doivent mettre fin à des insinuations que le citoyen Albert
précises doivent mettre fin à des insinuations que le citoyen Albert
avait dédaignées jusqu’ici, mais dont il ne lui convient pas d’encourager,
avait dédaignées jusqu’ici, mais dont il ne lui convient pas d’encourager,
par son silence, la persistance maligne et impudente. »
par son silence, la persistance maligne et impudente. »</ref>