« Page:Clerget - Louis-Xavier de Ricard, 1906.djvu/10 » : différence entre les versions

m
→‎top : clean up, retrait: ­ (4)
(Pywikibot touch edit)
m (→‎top : clean up, retrait: ­ (4))
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 9 : Ligne 9 :
espérance en la femme, l’amour.
espérance en la femme, l’amour.


Le livre premier : l’Art et l’Histoire, est dédié, par ce sonnet d’un hiéra­tisme libertaire,
Le livre premier : l’Art et l’Histoire, est dédié, par ce sonnet d’un hiératisme libertaire,


{{Centré|'''''À Edgar Quinet'''''}}
{{Centré|'''''À Edgar Quinet'''''}}
Ligne 35 : Ligne 35 :


Se voulant immuable dans son activité, il affermit encore son geste
Se voulant immuable dans son activité, il affermit encore son geste
déter­miné, sa pensée virile d’où il chasse la rêverie, et les vers même se font
déterminé, sa pensée virile d’où il chasse la rêverie, et les vers même se font
rigides, toute la vigueur du poète se rallie autour de sa conception :
rigides, toute la vigueur du poète se rallie autour de sa conception :
<poem style="margin-left:7em; font-size:90%">
<poem style="margin-left:7em; font-size:90%">
Ligne 52 : Ligne 52 :
De ce point fixé, en une page résolue qu’il faudrait citer entière, l’austère
De ce point fixé, en une page résolue qu’il faudrait citer entière, l’austère
poète se retourne vers l’autre des pôles de la pensée : le passé, qu’il faut
poète se retourne vers l’autre des pôles de la pensée : le passé, qu’il faut
respecter. Une âme profondément naturelle, humaine, peut-elle ne pas en­tendre frémir les cantiques lointains d’une ère qui n’est plus ? Il les évoque
respecter. Une âme profondément naturelle, humaine, peut-elle ne pas entendre frémir les cantiques lointains d’une ère qui n’est plus ? Il les évoque
même, ces âges primitifs du jeune soleil, des aurores aux rayons plus cer­tains, où
même, ces âges primitifs du jeune soleil, des aurores aux rayons plus certains, où
<poem style="margin-left:7em; font-size:90%">
<poem style="margin-left:7em; font-size:90%">
La conquête des dieux envahissait les âmes.
La conquête des dieux envahissait les âmes.
520 971

modifications