Différences entre les versions de « Page:Louÿs - Les Chansons de Bilitis, 1898.djvu/260 »

m
(Pywikibot touch edit)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
<br/>
 
<br/>
   
O Vénérable Priapos, dieu de bois que j’ai fait sceller dans le marbre du bord de mes bains, ce n’est pas sans raison, gardien des vergers, que tu veilles ici sur des courtisanes.
+
Ô Vénérable Priapos, dieu de bois que j’ai fait sceller dans le marbre du bord de mes bains, ce n’est pas sans raison, gardien des vergers, que tu veilles ici sur des courtisanes.
   
 
Dieu, nous ne t’avons pas acheté pour te sacrifier nos virginités. Nul ne peut donner ce qu’il n’a plus, et les zélatrices de Pallas ne courent pas les rues d’Amathonte.
 
Dieu, nous ne t’avons pas acheté pour te sacrifier nos virginités. Nul ne peut donner ce qu’il n’a plus, et les zélatrices de Pallas ne courent pas les rues d’Amathonte.
51 375

modifications