Différences entre les versions de « La Constitution de l’unité nationale en France »

m
aucun résumé de modification
(Nouvelle page : {{TextQuality|50%}} <div class="text"> {{journal|Revue des Deux Mondes, tome 20, 1847|Louis de Carné|De la constitution de l’unité nationale en France (1)}} La force de ...)
 
m
{{TextQuality|50%}}<div class="text">
{{journal|La Constitution de l’unité nationale en France (1)|[[Louis de Carné]]|[[Revue des Deux Mondes]] T.20 1847}}
<div class="text">
{{journal|[[Revue des Deux Mondes]], tome 20, 1847|[[Louis de Carné]]|De la constitution de l’unité nationale en France (1)}}
 
La force de la France résulte du parfait accord des élémens qui la constituent, et le dire après tant d'autres, c'est répéter un lieu commun. Toutes les nations admirent et envient cet organisme merveilleux qui fait vivre d'une vie commune trente-quatre millions d'hommes, conservant tous, dans la diversité de leurs caractères et l'infinie variété de leurs pensées, le culte d'une même patrie et le chaleureux dévouement à une même cause. La France n'est point une agglomération de provinces réunies par les caprices de la force et du hasard : c'est la nationalité la plus compacte qui soit apparue dans le monde, et elle est une comme l'homme est un.
412 169

modifications