Différences entre versions de « L’Oiseau bleu (Maeterlinck) »

m
Le_ciel_est_par_dessus_le_toit: match
m (Le_ciel_est_par_dessus_le_toit: match)
 
<pages index="Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu" from=15 to=128 />
 
==__MATCH__:[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/129]]==
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/129]]==
{{scène|VIII}}
Les salles immenses du Palais d'Azur, où attendent les enfants qui vont naître. Infinies perspectives de colonnes de saphir soutenant des voûtes de turquoise. Tout ici, depuis la lumière et les dalles de lapis-lazuli jusqu'aux pulvérulences du fond où se perdent les derniers arceaux, jusqu'aux moindres objets, est d'un bleu irréel, intense, féerique. Seuls les chapiteaux et les socles des colonnes, les clefs de voûte, quelques sièges quelques bancs circulaires sont de marbre blanc ou d'albâtre. A droite, entre les colonnes, de grandes portes opalines. Ces portes, dont le Temps, vers la fin de la scène, écartera les battants, s'ouvrent sur la Vie actuelle et les quais de l'Aurore. Partout, peuplant harmonieusement la salle, une foule d'enfants vêtus de longues robes azurées. Les uns jouent, d'autres se promènent, d'autres causent ou songent; beaucoup sont endormis, beaucoup aussi travaillent, entre les colonnades, aux inventions futures; et leurs outils, leurs instruments, les appareils qu'ils construisent, les plantes, les fleurs et les fruits qu'ils cultivent ou qu'ils cueillent sont du même bleu surnaturel et lumineux que l'atmosphère générale du Palais. Parmi les enfants, revêtues d'un azur plus pâle et plus diaphane, passent et repassent quelques figures de haute taille, d'une beauté souveraine et silencieuse, qui paraissent être des anges.
{{didascalie|[Entrent à gauche, comme à la dérobée, en se glissant parmi les colonnes du premier plan, Tyltyl, Mytyl et la Lumière. Leur arrivée provoque un certain mouvement parmi les Enfants-Bleus qui bientôt accourent de toutes parts et se groupent autour des insolites visiteurs qu'ils contemplent avec curiosité.]}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/130]]==
bientôt accourent de toutes parts et se groupent autour des insolites visiteurs qu'ils contemplent avec curiosité.]}}
{{personnage|MYTYL}}
Dieu que c'est beau tout ça!...
{{personnage|LA LUMIÈRE}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/131]]==
LA LUMIÈRE}}
Regarde les enfants qui accourent....
{{personnage|LA LUMIÈRE}}
Oui; c'est d'ici que viennent tous les enfants qui naissent sur notre Terre. Chacun attend son jour.... Quand les Pères et les Mères désirent des enfants, on ouvre les grandes portes que tu vois là, à droite; et les petits descendent....
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/132]]==
Quand les Pères et les Mères désirent des enfants, on ouvre les grandes portes que tu vois là, à droite; et les petits descendent....
{{personnage|TYLTYL}}
Bien sûr, il faut faire connaissance.... Tiens, en voilà un plus curieux que les autres.... Approche-toi, parle-lui....
{
{{personnage|TYLTYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/133]]==
{personnage|TYLTYL}}
Qu'est-ce qu'il faut lui dire?...
C'est pour dire bonjour.... Et puis, pour quand fait froid....
{{personn
{{personnage|L'ENFANT}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/134]]==
age|L'ENFANT}}
Qu'est-ce que c'est faire froid?...
Il y en a qui en ont, d'autres qui n'en ont point....
{{personnage|L'ENFANT}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/135]]==
'ENFANT}}
Pourquoi?...
{{personnage|TYLTYL}}
Oh oui!... Elles sont meilleures que tout ce qu'il y a!... Les bonnes-mamans aussi; mais elles meurent trop vite....
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/136]]==
tout ce qu'il y a!... Les bonnes-mamans aussi; mais elles meurent trop vite....
{{personnage|L'ENFANT}}
Mais non; c'est pas des perles....
{{person
{{personnage|L'ENFANT}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/137]]==
nage|L'ENFANT}}
Qu'est-ce que c'est alors?...
Est-ce qu'on pleure souvent?...
{{
{{personnage|TYLTYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/138]]==
personnage|TYLTYL}}
Pas les petits garçons, mais les petites filles.... On ne pleure pas ici?...
J'y travaille chaque jour.... Elle est presque achevée.... Veux-tu voir?...
{{personnage|TYLTYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/139]]==
TYLTYL}}
Bien sûr.... Où donc est-elle?...
Non, non; d'abord la mienne qui trouve les trésors qui se cachent dans la lune!...
{{didascalie|[Les Enfants-Bleus s'empressent autour de Tyltyl et de Mytyl en criant tous ensemble: «Non, non, viens voir la mienne!... Non, la
{{didascalie|[Les Enfants-Bleus s'empressent autour de Tyltyl et de Mytyl en criant tous ensemble: «Non, non, viens voir la mienne!... Non, la mienne est plus belle!... La mienne est étonnante!... La mienne est tout en sucre!... La sienne n'est pas curieuse.... il m'en a pris l'idée!..., etc.». Parmi ces exclamations désordonnées, on entraîne les petits Vivants du côté des ateliers bleus; et là, chacun des inventeurs met en mouvement sa machine idéale. C'est un tournoiement céruléen de roues, de disques, de volants, d'engrenages, de poulies, de courroies, d'objets étranges et encore innommés qu'enveloppent les bleuâtres vapeurs de l'irréel. Une foule d'appareils bizarres et mystérieux s'élancent et planent sous les voûtes, ou rampent au pied des colonnes, taudis que des enfants déroulent des cartes et des plans, ouvrent des livres, découvrent des statues azurées, apportent d'énormes fleurs, de gigantesques fruits qui semblent formés de saphirs et de turquoises, courbé sous le poids de colossales pâquerettes d'azur.]}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/140]]==
mienne est plus belle!... La mienne est étonnante!... La mienne est tout en sucre!... La sienne n'est pas curieuse.... il m'en a pris l'idée!..., etc.». Parmi ces exclamations désordonnées, on entraîne les petits Vivants du côté des ateliers bleus; et là, chacun des inventeurs met en mouvement sa machine idéale. C'est un tournoiement céruléen de roues, de disques, de volants, d'engrenages, de poulies, de courroies, d'objets étranges et encore innommés qu'enveloppent les bleuâtres vapeurs de l'irréel. Une foule d'appareils bizarres et mystérieux s'élancent et planent sous les voûtes, ou rampent au pied des colonnes, taudis que des enfants déroulent des cartes et des plans, ouvrent des livres, découvrent des statues azurées, apportent d'énormes fleurs, de gigantesques fruits qui semblent formés de saphirs et de turquoises, courbé sous le poids de colossales pâquerettes d'azur.]}}
Regardez donc mes fleurs!...
Pas possible!... Elles sont grandes comme des roues....
{{personnage|LE PETIT ENFANT-BLEU}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/141]]==
LE PETIT ENFANT-BLEU}}
Et ce qu'elles sentent bon!...
Et moi!... Voyez mes pommes!...
{{pe
{{personnage|TYLTYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/142]]==
rsonnage|TYLTYL}}
Mais ce sont des melons!...
{{personnage|L'ENFANT}}
Il
Il apportera la joie pure sur le Globe..
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/143]]==
apportera la joie pure sur le Globe..
{{personnage|TYLTYL}}
Qu'est-ce que c'est?...
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/144]]==
{{personnage|L'ENFANT}}
Qu'est-ce que ça veut dire?...
{{personnage|L'ENFANT}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/145]]==
'ENFANT}}
Je ne sais pas au juste; mais on dit que c'est grand....
{{didascalie|[qui vient d'accourir et qui embrasse Tyltyl et Mytyl avec effusion.]}}
Bonjour!... Ça va bien?... Voyons, embrasse-moi,
Bonjour!... Ça va bien?... Voyons, embrasse-moi, et toi aussi, Mytyl.... Ce n'est pas étonnant que je sache ton nom, puisque je serai ton frère.... On vient seulement de me dire que tu es là.... J'étais tout au bout de la salle, en train d'emballer mes idées.... Dis à maman que je suis prêt....
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/146]]==
et toi aussi, Mytyl.... Ce n'est pas étonnant que je sache ton nom, puisque je serai ton frère.... On vient seulement de me dire que tu es là.... J'étais tout au bout de la salle, en train d'emballer mes idées.... Dis à maman que je suis prêt....
{{personnage|TYLTYL}}
{{personnage|L'ENFANT}}
{{didascalie|[très fièrement.]}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/147]]==
très fièrement.]}}
J'apporte trois maladies: la fièvre scarlatine, la coqueluche et la rougeole....
{{personnage|LA LUMIÈRE}}
{{didascalie|[rejoignant Tyltyl.]}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/148]]==
rejoignant Tyltyl.]}}
Tâchons de nous dissimuler derrière les colonnes.... Il ne faut pas que le Temps nous découvre....
Non, mais il n'entend rien.... On a beau supplier, quand ce n'est pas leur tour, il repousse tous ceux qui voudraient s'en aller....
{{personnage|TYLTYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/149]]==
 
Est-ce qu'ils sont heureux de partir?
{{didascalie|[Repoussant un enfant.]}}
Ce n'est pas ton tour!... Rentre, c'est pour demain.... Toi non plus, rentre donc et reviens dans dix ans.... Un treizième berger?... Il n'en fallait que douze; on n'en a plus besoin, nous ne sommes plus au temps de Théocrite ou de Virgile.... Encore des médecins?... Il y en a déjà trop; on s'en plaint sur la Terre.... Et les ingénieurs, où sont-ils?... On veut un honnête homme, un seul, comme phénomène.... Où donc est l'honnête homme?... C'est toi?...
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/150]]==
Un treizième berger?... Il n'en fallait que douze; on n'en a plus besoin, nous ne sommes plus au temps de Théocrite ou de Virgile.... Encore des médecins?... Il y en a déjà trop; on s'en plaint sur la Terre.... Et les ingénieurs, où sont-ils?... On veut un honnête homme, un seul, comme phénomène.... Où donc est l'honnête homme?... C'est toi?...
{{didascalie|[L'enfant fait signe que oui.]}}
{{personnage|UN ENFANT}}
{{didascalie|[s'avançant.]}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/151]]==
avançant.]}}
Oh! laissez-moi passer!... J'irai prendre sa place!... On dit que mes parents sont vieux et m'attendent depuis si longtemps!...
{{personnage|LE TEMPS}}
Courez vite les chercher!... Il ne nous reste plus que six cent douze secondes.... La galère de l'Aurore bat déjà des voiles pour montrer qu'elle attend.... Vous arriverez trop tard et vous ne naîtrez plus.... Allons, vite, embarquons!...
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/152]]==
arriverez trop tard et vous ne naîtrez plus.... Allons, vite, embarquons!...
{{didascalie|[Saisissant un enfant qui veut lui passer entre les jambes pour gagner le quai.]}}
{{didascalie|[suppliant.]}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/153]]==
 
Monsieur le Temps, j'arriverai trop tard!...
Un signe!... Un seul signe!... Dis-moi, comment te retrouver!...
{
{{personnage|PREMIER ENFANT}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/154]]==
{personnage|PREMIER ENFANT}}
Je t'aimerai toujours!...
Assez! assez!... L'ancre est levée!...
{{didascalie|[Les voiles de la galère passent et disparaissent. Ou entend s'éloigner les cris des enfants dans la galère: «Terre!... terre!... Je la vois!... Elle est belle!... Elle est claire!... Elle est grande!...». Puis, comme sortant du fond de l'abîme, un chant extrêmement lointain d'allégresse et d'attente.]}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/155]]==
belle!... Elle est claire!... Elle est grande!...». Puis, comme sortant du fond de l'abîme, un chant extrêmement lointain d'allégresse et d'attente.]}}
{{personnage|TYLTYL}}
{{scène|XI}}
{{Center|'''L'ADIEU'''}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/156]]==
L'ADIEU'''}}
La scène représente un mur percé d'une petite porte. C'est la pointe du jour.
C'est un mur rouge et une petite porte verte....
{{personnage|LA LUMIÈRE}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/157]]==
LA LUMIÈRE}}
Et ça ne te rappelle rien?...
{{personnage|TYLTYL}}
{{didascalie|[s'approchant de la porte.]}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/158]]==
s'approchant de la porte.]}}
Mais je crois.... En effet.... Il me semble.... Cette petite porte.... Je reconnais la chevillette.... Ils sont là?... Nous sommes près de Maman?... Je veux entrer tout de suite.... Je veux l'embrasser tout de suite!...
Il le faut.... Je n'ai plus rien à faire ici; l'année est révolue, la Fée va revenir et te demander l'Oiseau-Bleu....
{{personnage|TYLTYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/159]]==
TYLTYL}}
Mais c'est que je ne l'ai pas, l'Oiseau-Bleu!... Celui du Souvenir est devenu tout noir, celui de l'Avenir est devenu tout rouge, ceux de la Nuit sont morts et je n'ai pas pu prendre celui de la Forêt.... Est-ce ma faute à moi s'ils changent de couleur, s'ils meurent ou s'ils s'échappent?... Est-ce que la Fée sera fâchée, et qu'est-ce qu'elle dira?...
{{personnage|LE PAIN}}
Les interruptions malveillantes d'un ennemi méprisable, d'un rival envieux.... enne
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/160]]==
mi méprisable, d'un rival envieux....
{{didascalie|[Élevant la voix.]}}
{{didascalie|[très digne.]}}
Cela ne m'atteint point.... Je disais donc: vous ne m'entendrez plus, vous ne me verrez plus sous ma forme animée.... Vos yeux vont se fermer à la vie invisible des choses; mais je serai toujours là, dans la huche, sur la planche, sur la table, à côté de la soupe, moi qui suis, j'ose le dire, le plus fidèle commensal et le plus vieil ami de l'Homme.... f
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/161]]==
ermer à la vie invisible des choses; mais je serai toujours là, dans la huche, sur la planche, sur la table, à côté de la soupe, moi qui suis, j'ose le dire, le plus fidèle commensal et le plus vieil ami de l'Homme....
{{personnage|LE FEU}}
Quel idiot!...
{{personnage|LE PAIN}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/162]]==
LE PAIN}}
Est-il mal élevé!...
Il n'y paraît point!...
{{personnage|L'EAU}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/163]]==
 
Souvenez-vous de moi lorsque vous verrez la carafe.... Vous me trouverez également dans le broc, dans l'arrosoir, dans la citerne et dans le robinet....
{{didascalie|[Entre en courant la Chatte, hérissée, dépeignée, les vêtements déchirés, et tenant son mouchoir sur la joue, comme si elle avait mal aux dents. Elle pousse des gémissements courroucés et est serrée de très près par le Chien qui l'accable de coups de tête, de coups de poing et de coups de pied.]}}
{{personnage|LE CHIEN}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/164]]==
LE CHIEN}}
{{didascalie|[battant la Chatte.]}}
{{didascalie|[au Chien, sévèrement.]}}
Votre conduite est d'autant plus indigne que vous choisissez pour nous donner ce triste spectacle le moment, déjà assez pénible par lui-même, où nous allons nous séparer de ces pauvres enfants....
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/165]]==
choisissez pour nous donner ce triste spectacle le moment, déjà assez pénible par lui-même, où nous allons nous séparer de ces pauvres enfants....
{{personnage|LE CHIEN}}
Je vous aime tous deux, autant que vous le méritez....
{{personnage|LA LUMIÈRE}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/166]]==
LA LUMIÈRE}}
Maintenant, qu'à mon tour, mes enfants, je vous donne le dernier baiser....
{{personnage|LA LUMIÈRE}}
Ne pleurez pas, mes chers petits.... Je n'ai pas de voix comme l'Eau; je n'ai que ma clarté que l'Homme n'entend point.... Mais je veille sur lui jusqu'à la fin des jours.... Rappelez-vous bien que c'est moi qui vous parle dans chaque rayon de lune qui s'épanche, dans chaque étoile qui sourit, dans chaque aurore qui se lève, dans chaque lampe qui s'allume, dans chaque pensée bonne et claire de votre âme....
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/167]]==
dans chaque étoile qui sourit, dans chaque aurore qui se lève, dans chaque lampe qui s'allume, dans chaque pensée bonne et claire de votre âme....
{{didascalie|[Huit heures sonnent derrière le mur.]}}
{{scène|XII}}
{{Center|'''LE RÉVEIL'''}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/168]]==
LE RÉVEIL'''}}
Le même intérieur qu'au premier tableau, mais tout, les murs, l'atmosphère, y paraît incomparablement, féeriquement plus frais, plus riant, plus heureux. La lumière du jour filtre gaiement par toutes les fentes des volets clos.
{{didascalie|[S'éveillant.]}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/169]]==
 
Quoi?... La Lumière?... Où est-elle? Non, non, ne t'en vas pas....
Oh! que c'est bon de te revoir!... Il y a si longtemps, si longtemps!... Il faut que je t'embrasse tout de suite.... Encore, encore, encore!... Et puis, c'est bien mon lit!... Je suis dans la maison!...
{{personnage|LA MÈRE TYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/170]]==
LA MÈRE TYL}}
Qu'est-ce que t'as?... Tu ne t'éveilles pas?... T'es pas malade, au moins?... Voyons, montre ta langue.... Allons, lève-toi donc, et puis habille-toi....
Lorsque t'es parti?... T'as pas quitté la chambre.... Je t'ai couché hier soir, et je te retrouve ce matin.... T'as donc rêvé tout ça?...
{{personnage|TYLTYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/171]]==
TYLTYL}}
Mais tu ne comprends pas!... C'était l'année passée, lorsque je suis parti avec Mytyl, la Fée, la Lumière.... elle est bonne, la Lumière! le Pain, le Sucre, l'Eau, le Feu. Ils se battaient tout le temps.... T'es pas fâchée?... T'as pas été trop triste?... Et Papa, qu'a-t-il dit?... Je ne pouvais pas refuser.... J'ai laissé un billet pour expliquer....
{{personnage|LA MÈRE TYL}}
{{didascalie|[De plus en plus ahurie.]}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/172]]==
en plus ahurie.]}}
Bon-papa et bonne-maman?...
{{didascalie|[Entre le Père Tyl, très calme une hache à la main.]}}
{{personnage|LE PÈRE TYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/173]]==
LE PÈRE TYL}}
Qu'y a-t-il?...
{{personnage|LE PÈRE TYL}}
Mais non, mais non.... Ils ne sont pas encore morts.... Voyons, nous allons voir....
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/174]]==
Voyons, nous allons voir....
{{didascalie|[On frappe à la porte île la maison.] }}
Eh bien, Tyltyl, tu ne reconnais pas la mère Berlingot, ta voisine Berlingot?...
{{p
{{personnage|TYLTYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/175]]==
ersonnage|TYLTYL}}
Mais si, madame.... Vous êtes la Fée Bérylune.... Vous n'êtes pas fâchée?...
A propos, comment qu'elle va, ta petite fille?
{{personnage|LA VOISINE}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/176]]==
LA VOISINE}}
Couci-couci.... Elle ne peut se lever.... Le docteur dit que c'est les nerfs.... Tout de même je sais bien ce qui la guérirait.... Elle me le demandait encore ce matin, pour son petit noël; c'est une idée qu'elle a....
{{didascalie|[Il monte sur une chaise et décroche la cage qu'il apporte à la Voisine.]}}
La voilà, madame Berlingot.... Il n'est pas encore tout à fait bleu; ça viendra, vous verrez.... Mais portez-le bien vite à votre petite fille....
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/177]]==
viendra, vous verrez.... Mais portez-le bien vite à votre petite fille....
{{personnage|LA VOISINE}}
{{didascalie|[allant à la fenêtre.]}}
Et la forêt qu'on voit!... Est-elle grande, est-elle belle!... On croirait qu'elle est neuve!... Qu'on est heureux ici!...
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/178]]==
belle!... On croirait qu'elle est neuve!... Qu'on est heureux ici!...
{{didascalie|[Allant ouvrir la huche.]}}
Laisse donc, t'inquiète pas.... Ils jouent à être heureux....
{{personnage|TYLTYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/179]]==
TYLTYL}}
Moi, j'aimais surtout la Lumière.... Où est sa lampe?... Est-ce qu'on peut l'allumer?...
Elle est bien plus petite....
{{personnage|TYLTYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/180]]==
TYLTYL}}
Sûr!... Mais elle grandira...
Mais oui, je suis contente....
{{personnage|TYLTYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/181]]==
TYLTYL}}
J'en ai vu de plus bleus.... Mais les tout à fait bleus, tu sais, on a beau faire, on ne peut pas les attraper.
{{didascalie|[Elle éclate en sanglots.]}}
{{personnage|TYLTYL}}
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/182]]==
TYLTYL}}
Ce n'est rien.... Ne pleure pas.... Je le rattraperai....
'''RIDEAU'''</div>
==[[Page:Maeterlinck-L'oiseau bleu-1909.djvu/183]]==
1 098 585

modifications