Différences entre versions de « Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/295 »

(→‎Page non corrigée : Page créée avec « APPENDICE Les Feux’ I. Les cinq feux : Berezisavanh, Vohu-fryàna, Urvâzishla, Vâzishta, Spénishta. — Nairyôsaiiha. — II. Les trois feux sacrés : Âdar Kho... »)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
APPENDICE
 
   
Les Feux’
 
   
I. Les cinq feux : Berezisavanh, Vohu-fryàna, Urvâzishla, Vâzishta, Spénishta. — Nairyôsaiiha.
 
— II. Les trois feux sacrés : Âdar Khordàd, Âdar Gushasp, Adar Burzin Mihr. —
 
III. Le feu Bahrâm.
 
   
Le Feu, fils d’Ahura Mazda, unique dans sa nature, se présente sous des
 
formes multiples, les unes célestes, les autres terrestres. Aussi les textes
 
en donnent-ils des classifications diverses. Il y en a surtout deux que l’on
 
rencontre, et que l’on peut définir, l’une la classification naturelle, l’autre
 
la classification sociale.
 
   
La classification naturelle est celle du Hâ que nous venons de traduire :
 
elle distingue les feux d’après leurs manifestations différentes et leur lieu
 
d’origine. Ce sontle Berezisavanh, le Vohu-fryâna,rUrvâzishta,
 
le Vâzishta, le Spénishta. Voici comment les définit le Commentaire
 
pehlvi :
 
   
Berezisavanh : bulandsût « de haute utilité » ; nom général du feu
 
Bahrâm ( Yarahrân pun êvkartakih).
 
   
  +
{{T2|{{t|'''APPENDICE'''|120}}}}
Vohu-fryâna : shajnr farnàftar, uttamasakhâyam , « l’excellent
 
  +
1. Sources principales : Grand Bundahish, pp. 126-133, et Maçoudl, IV, 75 sq. (sur
 
  +
{{Centré|_______}}
les Temples du feu en Perse). — Cf. Vendidad, VIII, texte, notes et introduction.
 
  +
  +
  +
  +
{{Centré|{{sc|Les Feux}} <sup>1</sup>}} <ref>1. Sources principales : ''Grand Bundahish'', pp. 126-133, et ''Maçoudi'', IV, 75 sq. (sur les Temples du feu en Perse). — Cf. ''Vendidad'', VIII, texte, notes et introduction.</ref>
  +
  +
  +
  +
{{t|I. Les cinq feux : Berezisavanh, Vohu-fryâna, Urvâzishta, Vâzishta, Spénishta. — Nairyôsanha. — II. Les trois feux sacrés : Âdar Khordâd, Adar Gushasp, Adar Burzîn Mihr. — III. Le feu Bahrâm.|85}}
  +
  +
  +
  +
Le Feu, fils d’Ahura Mazda, unique dans sa nature, se présente sous des formes multiples, les unes célestes, les autres terrestres. Aussi les textes en donnent-ils des classifications diverses. Il y en a surtout deux que l’on rencontre, et que l’on peut définir, l’une la classification naturelle, l’autre la classification sociale.
  +
  +
  +
  +
{{T3|'''I'''}}
  +
  +
  +
  +
La classification naturelle est celle du Hâ que nous venons de traduire : elle distingue les feux d’après leurs manifestations différentes et leur lieu d’origine. Ce sont le '''Berezisavanh''', le '''Vohu-fryâna''', l’'''Urvâzishta''', le '''Vâzishta''', le '''Spénishta'''. Voici comment les définit le Commentaire pehlvi :
  +
 
'''Berezisavanh''' : ''buland sût'' « de haute utilité » ; nom général du feu Bahram (''Varahrân pun êvkartakih'').
  +
 
'''Vohu-fryâna''' : ''shapir farnâftar'', uttamasakhâyam, « l’excellent