Différences entre versions de « Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t5.djvu/90 »

aucun résumé de modification
(→‎Page non corrigée : Page créée avec « <nowiki /> {{Centré|'''CHAPITRE XII.''' }} {{Centré|DU NOMBRE DES FILLES ET DES GARÇONS }} {{Centré|DANS DIFFERENTS PAYS. }} J’ai déjà dit^ qu’en Europe... »)
 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 9 : Ligne 9 :
   
   
J’ai déjà dit^ qu’en Europe il nait un peu plus de garçons
+
J’ai déjà dit
  +
<ref>
que de filles. On a remarqué qu’au Japon ’, il naissoit
 
 
Au liv. XVI., c. IV. (M.)
un peu plus de filles que de garçons. Toutes choses
 
  +
</ref> qu’en Europe il naît un peu plus de garçons
égales, il y aura plus de femmes fécondes au Japon qu’en
 
 
que de filles. On a remarqué qu’au Japon
Europe, et par conséquent plus de peuple.
 
  +
<ref>
Des Relations’ disent qu’à Bantam il y a dix filles pour
 
 
Voyez Kempfer, qui rapporte un dénombrement de Méaco. (M.)
un garçon : une disproportion pareille, qui feroit que le
 
  +
</ref>, il naissoit un peu plus de filles que de garçons. Toutes choses égales, il y aura plus de femmes fécondes au Japon qu’en Europe, et par conséquent plus de peuple.
nombre des familles y seroit au nombre de celle des autres
 
climats comme un est à cinq et demi, seroit excessive.
 
Les familles y pourroient être plus grandes à la vérité ;
 
mais il y a peu de gens assez aisés pour pouvoir entretenir
 
une si grande famille.
 
   
  +
Des Relations
i. Auliv. XVI., c. IV. (M.)
 
  +
<ref>
 
  +
''Recueil des voyages qui ont servi à'' ''l'établissement de la compagnie des Indes'', t. I, p. 347. (M.)
. Voyez Kemprer, qui rapporte un dénombrement deMéaco. (M.)
 
 
</ref> disent qu’à Bantam il y a dix filles pour
. Becueil des voy<ig$s qui ont servi à VéUiblissement de la compagnie
 
  +
un garçon : une disproportion pareille, qui feroit que le nombre des familles y seroit au nombre de celle des autres climats comme un est à cinq et demi, seroit excessive.
des Indes, t. I, p. 347. (M.)
 
 
Les familles y pourroient être plus grandes à la vérité ; mais il y a peu de gens assez aisés pour pouvoir entretenir une si grande famille.