Différences entre versions de « Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/624 »

m
aucun résumé de modification
m (poem class verse)
m
 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 2 : Ligne 2 :
   
   
{{PetitTitre|MA CANNE}}
+
{{t3|MA CANNE}}
   
   
Ligne 21 : Ligne 21 :
 
{| style="border-collapse:collapse"
 
{| style="border-collapse:collapse"
 
|style="padding-left:0px"|<poem class="verse">
 
|style="padding-left:0px"|<poem class="verse">
::À travers bois, prés et moissons,
+
À travers bois, prés et moissons,
::Allons glaner fleurs et chansons.
+
Allons glaner fleurs et chansons.
 
</poem>
 
</poem>
 
|align="left" style="padding-left:0.5em"|<math>\Big\}</math> ''bis''.
 
|align="left" style="padding-left:0.5em"|<math>\Big\}</math> ''bis''.
Ligne 36 : Ligne 36 :
 
Combien, triste ou gai, quand je vais rêvant,
 
Combien, triste ou gai, quand je vais rêvant,
 
Sous mon vieux chapeau bourdonnent d’idées !
 
Sous mon vieux chapeau bourdonnent d’idées !
::À travers bois, prés et moissons,
+
À travers bois, prés et moissons,
::Allons glaner fleurs et chansons.
+
Allons glaner fleurs et chansons.
   
 
Souvent, tu le sais, j’ai refait le monde,
 
Souvent, tu le sais, j’ai refait le monde,
Ligne 47 : Ligne 47 :
 
Mais, pour me reprendre aux enfants trouvés,
 
Mais, pour me reprendre aux enfants trouvés,
 
La Muse avait mis sa marque à mes langes ;
 
La Muse avait mis sa marque à mes langes ;
::À travers bois, prés et moissons,
+
À travers bois, prés et moissons,
::Allons glaner fleurs et chansons.
+
Allons glaner fleurs et chansons.
   
 
Ce fut ma nourrice : « Enfant, disait-elle,
 
Ce fut ma nourrice : « Enfant, disait-elle,
Ligne 58 : Ligne 58 :
 
Et, quoique affaiblie, a des chants du soir
 
Et, quoique affaiblie, a des chants du soir
 
Pour le vieil enfant qu’elle berce encore.
 
Pour le vieil enfant qu’elle berce encore.
::À travers bois, prés et moissons,
+
À travers bois, prés et moissons,
::Allons glaner fleurs et chansons.
+
Allons glaner fleurs et chansons.
   
 
« Dirige le char de la république »,
 
« Dirige le char de la république »,
Ligne 69 : Ligne 69 :
 
Tu gémirais trop de voir ajouter
 
Tu gémirais trop de voir ajouter
 
Au poids de mon corps tout le poids d’un monde.
 
Au poids de mon corps tout le poids d’un monde.
::À travers bois, prés et moissons,
+
À travers bois, prés et moissons,
::Allons glaner fleurs et chansons.
+
Allons glaner fleurs et chansons.
   
 
À mes premiers temps j’ai vieilli fidèle.
 
À mes premiers temps j’ai vieilli fidèle.
Ligne 80 : Ligne 80 :
 
Pour quelque proscrit, tribun, pape ou roi,
 
Pour quelque proscrit, tribun, pape ou roi,
 
Je veux te laisser au bord de ma tombe.
 
Je veux te laisser au bord de ma tombe.
::À travers bois, prés et moissons,
+
À travers bois, prés et moissons,
::Allons glaner fleurs et chansons.
+
Allons glaner fleurs et chansons.
   
 
</poem>
 
</poem>
360 382

modifications