Différences entre versions de « Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t5.djvu/22 »

aucun résumé de modification
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
<nowiki />
 
<nowiki />
   
{{Centré|'''CHAPITRE III'''.
+
{{Centré|'''CHAPITRE III'''. }}
   
}}
 
   
 
{{Centré|DES MONNOIES IDÉALES. }}
 
{{Centré|DES MONNOIES IDÉALES. }}
Ligne 16 : Ligne 15 :
 
d’une pièce du poids d’une livre d’argent, on retranche la moitié de l’argent, et on continue de l’appeler livre : la pièce qui étoit une vingtième partie de la livre d’argent, on continue
 
d’une pièce du poids d’une livre d’argent, on retranche la moitié de l’argent, et on continue de l’appeler livre : la pièce qui étoit une vingtième partie de la livre d’argent, on continue
 
de l’appeler sou, quoiqu’elle ne soit plus la vingtième partie de cette livre. Pour lors, la livre est une livre idéale, et le sou, un sou idéal ; ainsi des autres subdivisions ; et cela peut aller au point que ce qu’on appellera livre, ne sera plus qu’une très-petite portion de la livre ; ce qui la
 
de l’appeler sou, quoiqu’elle ne soit plus la vingtième partie de cette livre. Pour lors, la livre est une livre idéale, et le sou, un sou idéal ; ainsi des autres subdivisions ; et cela peut aller au point que ce qu’on appellera livre, ne sera plus qu’une très-petite portion de la livre ; ce qui la
rendra encore plus idéale. 11 peut même arriver que l’on ne fera plus de pièce de monnoie qui vaille précisément une livre, et qu’on ne fera pas non plus de pièce qui vaille un sou : pour lors, la livre et le sou seront des monnoies
+
rendra encore plus idéale. Il peut même arriver que l’on ne fera plus de pièce de monnoie qui vaille précisément une livre, et qu’on ne fera pas non plus de pièce qui vaille un sou : pour lors, la livre et le sou seront des monnoies