Différences entre versions de « Page:Sulte - Histoires des Canadiens-français, 1608-1880, tome VI, 1882.djvu/76 »

 
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 17 : Ligne 17 :
 
dire à M. de Vaudreuil de le faire avertir dès que la revue serait faite, qu’il voulait voir défiler
 
dire à M. de Vaudreuil de le faire avertir dès que la revue serait faite, qu’il voulait voir défiler
 
les troupes devant lui, et ordonna que les officiers le saluassent de la pique. L’ordre en fut
 
les troupes devant lui, et ordonna que les officiers le saluassent de la pique. L’ordre en fut
donné aux troupes. M. de la Du’rantaye, qui était l’un des plus anciens capitaines par son
+
donné aux troupes. M. de la Durantaye, qui était l’un des plus anciens capitaines par son
 
rang, du régiment de Carignan, opina contre et fit connaître que le salut n’était dû qu’aux
 
rang, du régiment de Carignan, opina contre et fit connaître que le salut n’était dû qu’aux
 
princes ou maréchaux de France. M. de Vaudreuil, par son major, en fit porter la parole à
 
princes ou maréchaux de France. M. de Vaudreuil, par son major, en fit porter la parole à
 
M. de Callières. La chose fut longtemps indécise. Enfin, arriva M. de Callières, dans sa
 
M. de Callières. La chose fut longtemps indécise. Enfin, arriva M. de Callières, dans sa
calèch, où il ordonna aux troupes de défiler et de lui faire le salut. M. de Vaudreuil lui dit
+
calèche, où il ordonna aux troupes de défiler et de lui faire le salut. M. de Vaudreuil lui dit
 
que c’était contre les ordres du roi et qu’il ne le ferait que par un ordre écrit ; en même temps,
 
que c’était contre les ordres du roi et qu’il ne le ferait que par un ordre écrit ; en même temps,
 
on fit apporter une caisse de tambour, et l’ordre y fut écrit dessus et le salut se fit. Parmi
 
on fit apporter une caisse de tambour, et l’ordre y fut écrit dessus et le salut se fit. Parmi
Ligne 28 : Ligne 28 :
 
tomberait<ref>Pour comprendre cette affaire, voyez page 144 de notre tome V.</ref> ; dans cette attente chacun raisonnait. Comme je n’avais point de parti et que
 
tomberait<ref>Pour comprendre cette affaire, voyez page 144 de notre tome V.</ref> ; dans cette attente chacun raisonnait. Comme je n’avais point de parti et que
 
j’étais également bien avec tous les deux, je me souviens qu’étant avec M. de Vaudreuil, il
 
j’étais également bien avec tous les deux, je me souviens qu’étant avec M. de Vaudreuil, il
me demanda, le-même jour que les nouvelles de France arrivèrent, ce que j’ën pensais : je
+
me demanda, le même jour que les nouvelles de France arrivèrent, ce que j’en pensais : je
 
lui dis nettement que je croyais que M. de Callières l’emporterait, et j’en étais presque sûr
 
lui dis nettement que je croyais que M. de Callières l’emporterait, et j’en étais presque sûr
 
parce que M. le chevalier de Crisasy m’avait fait confidence des avis que M. de Callières
 
parce que M. le chevalier de Crisasy m’avait fait confidence des avis que M. de Callières
avait reçus par les Anglais ; cependant M. de Vaudreuil me dit qu’il n’en tâterait que, d’une
+
avait reçus par les Anglais ; cependant M. de Vaudreuil me dit qu’il n’en tâterait que d’une
 
dent. Le même jour, les paquets de la cour arrivèrent qui confirmèrent ce que je savais. M.
 
dent. Le même jour, les paquets de la cour arrivèrent qui confirmèrent ce que je savais. M.
 
de Vaudreuil n’eut pas de plus grand empressement que de venir à ma rencontre pour me
 
de Vaudreuil n’eut pas de plus grand empressement que de venir à ma rencontre pour me
11 104

modifications