Différences entre les versions de « La Case de l’oncle Tom/Ch II »

Navigateur en bas
(Navigateur)
(Navigateur en bas)
 
 
Dès sa plus tendre enfance, ÈlizaÉliza avait été élevée et choyée en enfant gâté par sa maîtresse. Le voyageur qui a parcouru les États du sud a dû souvent y remarquer l’élégance singulière, la douceur de manières et de voix, qui semblent des dons particuliers aux quarteronnes et aux mulâtresses. Citez les premières, ces grâces naturelles s’allient souvent à une éclatante beauté, et presque toujours à un extérieur agréable et avenant. Éliza, telle que nous l’avons dépeinte, n’est point une figure de fantaisie, mais un portrait d’après nature, fait de souvenir, et dont nous avons vu l’original au Kentucky. Elle avait grandi sous la protection de sa maîtresse, à l’abri des tentations qui font de la beauté un si fatal héritage pour l’esclave. Plus tard elle épousa un mulâtre, Georges Harris, d’une habitation voisine.
 
Le jeune homme avait été loué par son maître à une fabrique de toile à sac, et son adresse, son intelligence, en avaient fait le meilleur ouvrier. Il avait inventé une machine à teiller le chanvre{{refl|1}} qui, si l’on considère l’éducation et les précédents de l’inventeur, témoignait d’autant de génie pour la mécanique, qu’en a pu déployer Whitney dans sa machine à épurer le coton.
-----
:{{refa|1}} Une machine de ce genre a été réellement inventée dans le Kentucky par un jeune homme de couleur.
 
 
{{Navigateur|[[La Case de l’oncle Tom - Ch I|Chapitre I]]|[[La Case de l’oncle Tom]]|[[La Case de l’oncle Tom - Ch III|Chapitre III]]}}
 
</div>
4 189

modifications