« Page:Revue des Deux Mondes - 1882 - tome 54.djvu/478 » : différence entre les versions

m (Phe: split)
 
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 3 : Ligne 3 :
Il faut cependant sortir de là et en venir à plus de clarté dans les situations. Un républicain qui a été associé comme préfet de police à l’exécution des décrets contre les congrégations et qui était récemment ambassadeur à Madrid, M. Andrieux, n’a pas craint ces jours derniers de dire tout haut qu’il y avait un ralentissement sensible dans l’adhésion du pays à la république. Ce ralentissement est dû à bien des causes sans doute ; mais, dans tous les cas, comme l’a dit M. Andrieux, cette répugnante guerre de petits esprits contre les croyances religieuses n’est point certainement étrangère à l’immense lassitude de l’opinion. Eh bien ! le moment est venu de savoir si la déclaration lue l’autre jour par M. le président du conseil n’est qu’une banalité ou si elle signifie que le gouvernement a le sentiment de cette situation, qu’il est décidé à rétablir un peu d’ordre en France avec l’appui de tous ceux qui mettent la sauvegarde du pays bien au-dessus des intérêts et des passions de partis.
Il faut cependant sortir de là et en venir à plus de clarté dans les situations. Un républicain qui a été associé comme préfet de police à l’exécution des décrets contre les congrégations et qui était récemment ambassadeur à Madrid, M. Andrieux, n’a pas craint ces jours derniers de dire tout haut qu’il y avait un ralentissement sensible dans l’adhésion du pays à la république. Ce ralentissement est dû à bien des causes sans doute ; mais, dans tous les cas, comme l’a dit M. Andrieux, cette répugnante guerre de petits esprits contre les croyances religieuses n’est point certainement étrangère à l’immense lassitude de l’opinion. Eh bien ! le moment est venu de savoir si la déclaration lue l’autre jour par M. le président du conseil n’est qu’une banalité ou si elle signifie que le gouvernement a le sentiment de cette situation, qu’il est décidé à rétablir un peu d’ordre en France avec l’appui de tous ceux qui mettent la sauvegarde du pays bien au-dessus des intérêts et des passions de partis.


Certes, c’est une vérité plus d’une fois justifiée dans le passé, plus que jamais confirmée par tout ce qui se passe aujourd’hui : on ne fait pas des finances, on ne fait pas du gouvernement, on ne fait pas, en un mot, de l’ordre avec du désordre, avec de stériles agitations intérieures, et avec des confusions de partis on fait encore moins de la politique extérieure, on assure encore moins à son pays un rôle sérieux dans le monde. On s’en est bien aperçu, il y a quelques mois, lorsque la France, livrée à des politiques de fantaisie, a déclaré pour ainsi dire son incompétence dans ces affaires d’Egypte, dont elle avait eu jusque-là le droit de s’occuper et devant lesquelles elle s’est sentie brusquement
Certes, c’est une vérité plus d’une fois justifiée dans le passé, plus que jamais confirmée par tout ce qui se passe aujourd’hui : on ne fait pas des finances, on ne fait pas du gouvernement, on ne fait pas, en un mot, de l’ordre avec du désordre, avec de stériles agitations intérieures, et avec des confusions de partis on fait encore moins de la politique extérieure, on assure encore moins à son pays un rôle sérieux dans le monde. On s’en est bien aperçu, il y a quelques mois, lorsque la France, livrée à des politiques de fantaisie, a déclaré pour ainsi dire son incompétence dans ces affaires d’Egypte, dont elle avait eu jusque-là le droit de s’occuper et devant lesquelles elle s’est sentie brusquement {{tiret|para|lysée}}
72 998

modifications