Différences entre versions de « Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/53 »

(→‎Page non corrigée : Page créée avec « §6 LA PERMANENCE DE LA FAMILLE INSTABLE DES GAULOIS EN PLUSIEURS RÉGIONS DE LA FRANCE Le besoin de sécurité qui portait la plupart des Gaulois à s’agglomérer p... »)
 
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
{{t4|LA PERMANENCE DE LA FAMILLE INSTABLE DES GAULOIS EN PLUSIEURS RÉGIONS DE LA FRANCE|§6}}
§6
 
   
 
Le besoin de sécurité qui portait la plupart des Gaulois à s’agglomérer par bourgades, au centre de leurs champs, subsista pendant longtemps chez leurs successeurs, surtout entre la Seine et le Rhin. Subdivisés en petits États, et soumis au choc fréquent des races françaises et germaniques, les habitants de ces régions ont toujours groupé leurs habitations et leurs autres établissements pour mieux défendre leurs familles, leurs bestiaux et leurs richesses contre l’agression ou le maraudage des gens de guerre. Le morcellement de la terre des banlieues est la conséquence habituelle de ce groupement des habitations en village. Il s’est d’abord adapté au partage incessant des immeubles et, en général, aux habitudes d’instabilité léguées à la famille gauloise par les races primitives de chasseurs. Il s’est ensuite conservé sous l’influence de ces habitudes, même quand l’affermissement de la sécurité aurait permis de disséminer les habitations, en plaçant chacune d’elles au milieu de son domaine. C’est
LA PERMANENCE DE LA FAMILLE INSTABLE DES GAULOIS EN PLUSIEURS RÉGIONS DE LA FRANCE
 
 
Le besoin de sécurité qui portait la plupart des Gaulois à s’agglomérer par bourgades, au centre de leurs champs, subsista pendant longtemps chez leurs successeurs, surtout entre la Seine et le Rhin. Subdivisés en petits États, et soumis au choc fréquent des races françaises et germaniques, les habitants de ces régions ont toujours groupé leurs habitations et leurs autres établissements pour mieux défendre leurs familles, leurs bestiaux et leurs richesses contre l’agression ou le maraudage des gens de guerre. Le morcellement de la terre des banlieues est la conséquence habituelle de ce groupement des habitations en village. Il s’est d’abord adapté au partage incessant des immeubles et, en général, aux habitudes d’instabilité léguées à la famille gauloise par les races primitives de chasseurs. Il s’est ensuite conservé sous l’influence de ces habitudes, même quand l’affermissement de la sécurité aurait permis
 
de disséminer les habitations, en plaçant chacune d’elles au milieu de son domaine. C’est
 
19 240

modifications