« Le Rire rouge » : différence entre les versions

861 octets ajoutés ,  il y a 5 ans
m
Le_ciel_est_par_dessus_le_toit: match
Aucun résumé des modifications
m (Le_ciel_est_par_dessus_le_toit: match)
 
 
 
==__MATCH__:[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/62]]==
 
 
Mais, malgré tout, on était mieux comme ça, et longtemps,
quelques heures peut-être, je marchai les yeux fermés, en entendant la foule remuer, en entendant le piétinement des pieds
d’hommes et de chevaux, le grincement des roues de fer broyant les petites pierres, l’haleine oppressée et haletante et le bruit des lèvres
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/63]]==
petites pierres, l’haleine oppressée et haletante et le bruit des lèvres
sèches. Mais je n’entendais pas de paroles. Tous gardaient le silence,
comme si c’eût été une armée de muets qui avançait, et quand quelqu’un tombait, il tombait en silence, les autres se heurtaient contre
de côté, je me frayai un passage vers l’espace libre, je franchis
un ravin et je m’assis sur une pierre comme si cette pierre rugueuse
et brûlante eût été le but de tous mes efforts.me
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/64]]==
s efforts.
Et c’est alors que je sentis cela pour la première fois. Je vis
que ces hommes marchant en silence sous les rayons ardents du
— Que veux-tu ?
 
Il s’arrête comme s’il n’eût attendu que la parole et il se dresse énorme, barbu, l’encolure de sa chemise déchirée. Il n’a pas de
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/65]]==
énorme, barbu, l’encolure de sa chemise déchirée. Il n’a pas de
fusil, son pantalon se tient à un seul bouton, et l’on voit par le
trou la chair blanche. Ses jambes et ses bras sont disjoints et il
A la huitième batterie de même. A la douzième, la nôtre, vers
la fin de la troisième journée il ne restait que trois canons — les
autres endommagés — six hommes et un officier — moi. Il y avait vingt-deux heures déjà que nous n’avions ni dormi ni mangé,
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/66]]==
avait vingt-deux heures déjà que nous n’avions ni dormi ni mangé,
trois jours et trois nuits le fracas infernal nous enveloppait d’un
nuage de folie, nous séparait de la terre, du ciel, des nôtres et,
papiers, la carafe chatoyante, et je me demandais pourquoi mon
fils ne donnait pas : il est tard, il faut qu’il dorme. Non loin de
moi un obus éclata, mes jambes en furent secouées, quelqu’un cria haut et fort, plus haut que l’explosion même, et je me dis
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/67]]==
cria haut et fort, plus haut que l’explosion même, et je me dis
qu’un homme était tué, mais je ne me levai pas, je ne détachai
pas les yeux des papiers bleus, de la carafe.
pendant deux heures seulement, que le renfort viendrait alors. Je
me demandai pourquoi mon fils ne dormait pas et je dis que je
tiendrais ferme tant qu’il faudrait Mais soudain je ne sais pourquoi son visage m’intéressa, par sa pâleur extrême sans doute. Je n’avais vu rien de plus pâle que ce visage. Les morts mêmes ont
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/68]]==
n’avais vu rien de plus pâle que ce visage. Les morts mêmes ont
plus de couleurs que ce visage jeune san9 moustaches. Il avait
sans doute eu grand’peur en se rendant auprès de nous et ne
soldats. Les pointes déchiraient les tuniques, s’enfonçaient dans
la chair, et les soldats, en poussant des cris, tournoyaient furieusement, et deux d’entre eux entraînaient leur camarade mort
Puis un seul, resté vivant, repoussait les deux autres qui se traînaient, se contorsionnaient, roulaient l’un par-dessus l’autre, pardessus le vivant, et tout à coup tous les trois restèrent immobiles.rest
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/69]]==
èrent immobiles.
 
Il dit que près de cette embuscade seule avaient péri plus de
 
Oui, on a ri aussi. Je te l’ai déjà dit On a ri comme des
hommes ivres. Peut-être même a-t-on dansé, il y a eu quelque chose de pareil. Au moins les mouvements de ces trois-là ont ressemble à une danse.e
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/70]]==
u quelque chose de pareil. Au moins les mouvements de ces trois-là ont ressemble à une danse.
 
Il se rappelle nettement : quand il eut la poitrine percée
 
Ce soir nous organisâmes une fête — une fête triste et
étrange, les ombres des morts y furent du nombre des invités. Nous avions résolu de nous réunir le soir pour prendre le théi
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/71]]==
nvités. Nous avions résolu de nous réunir le soir pour prendre le thé
ensemble, comme on le faisait chez nous aux pique-niques, nous
nous procurâmes un samovar, du citron même, des verres et nous
d’inintelligible.
 
— Nous sommes à la guerre, dit celui-ci, qui avait ri, et il se mit à rire de nouveau d’un rire rauque prolongé, comme s’il s’étranglait.
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/72]]==
mit à rire de nouveau d’un rire rauque prolongé, comme s’il s’étranglait.
 
— Pourquoi rit-il ? s’indigna quelqu’un, — écoutez, cessez !
 
Et brusquement tous nous nous mîmes à crier, à parler, à nous
agiter en déplaçant les verres, en nous touchant par les épaules, les bras, les genoux, et soudain nous nous tûmes, subjugués par l’inexplicable.le
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/73]]==
s épaules, les bras, les genoux, et soudain nous nous tûmes, subjugués par l’inexplicable.
 
— Chez nous, clama une voix sortant des ténèbres. Elle était
cette ombre énorme et silencieuse.
 
Le son de son instrument saccadé, brisé, se démenait, bondissait et fuyait, loin des autres, frémissant de terreur, fou. Et les
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/74]]==
et fuyait, loin des autres, frémissant de terreur, fou. Et les
autres sons semblaient se retourner, maladroits, bronchants, ils
tombaient et se relevaient et fuyaient en bande, incohérents, trop
comment devant nous fut imprévue et soudaine. A côté, des
hommes à peine visibles dans l’obscurité allaient et venaient,
silencieux et lents. Il n’y avait pas de lanternes ni sur la locomotive, ni dans les wagons et l’éventoir fermé projetait une clarté
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/75]]==
ni dans les wagons et l’éventoir fermé projetait une clarté
d’un rouge terne.
 
 
— Il serait bon d’avaler un peu d’eau-de-vie, dit l’étudiant.
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/76]]==
 
Nous prîmes une gorgée de cognac et le sommeil fut complètement chassé. Le grand carré noir de la porte se colora d’une
 
Le docteur se balançait.
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/77]]==
 
— J’ai froid.
calmes, flasques, qui laissaient sur leur emplacement des taches
noires visqueuses du sang absorbé par la terre, et nous les comptions d’abord, puis nous finîmes par nous embrouiller et cessâmes
de le faire. Il y en avait beaucoup, — trop pour cette nuit sinistre, à l’haleine froide, gémissante par tous les atomes de son être.l’
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/78]]==
haleine froide, gémissante par tous les atomes de son être.
 
— Qu’est-ce donc ? cria le docteur et il menaça quelqu’un du
d’ardeur, comme si nous eussions créé cette nuit sanglante et
impassible et leur isolement au milieu de cette nuit, et ces
cadavres, et ces blessures terribles. La place manquait déjà dans les wagons et nos vêtements étaient trempés de sang comme si
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/79]]==
les wagons et nos vêtements étaient trempés de sang comme si
nous fussions restés longtemps sous une pluie de sang, et l’on
ne cessait d’apporter des blessés, et le champ ranimé ne cessait
 
Et tout en me regardant d’un air sévère, il sortit un revolver
de sa poche, l’appliqua sur sa tempe et le déchargea. Et je n’en fus ni surpris, ni effrayé. Remettant la cigarette dans l’autre main, je palpai la plaie du doigt et je me dirigeai vers les wagons.
==[[Page:La Revue, volume 56, 1905.djvu/80]]==
l’autre main, je palpai la plaie du doigt et je me dirigeai vers les wagons.
 
— L’étudiant s’est brûlé la cervelle, dis-je au docteur. Il semble vivre encore.
de ceux qui en parlaient ne se rendaient pas encore compte de
la méprise. Plutôt ils s’en rendaient compte, mais ils croyaient
qu’elle avait eu lieu plus tard, et qu’au début ils avaient eu, en effet,
=== no match ===
tard, et qu’au début ils avaient eu, en effet,
affaire à l’ennemi, disparu soudain on ne sait comment ni où, en
nous exposant à nos propres engins. Quelques-uns en parlaient
1 141 415

modifications