Ouvrir le menu principal

Modifications

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Peu après, arriva le fameux Mentor dont nous avons signalé la finesse, l’adresse politique dans une mission dont Sonthonax l’avait chargé en 1797, dans les arrondissemens de Léogane et de Jacmel<ref> Voyez t. 3 de cet ouvrage, p. 334 à 336.</ref>. Lorsque ce commissaire fut expulsé par T. Louverture, Mentor était parti avec lui ; préalablement élu membre du corps législatif, il avait alors le rang, le grade d’adjudant-général que T. Louverture avait demandé pour lui à Sonthonax<ref> Le 12 mai 1797, Sonthonax écrivit à T. Louverture, que E. Mentor désirait faire avec lui la campagne qu’il projetait contre Saint-Marc et qui fut effectuée dans ce mois. Le 24, sur la demande de T. Louverture, Sonthonax promut Mentor au grade d’adjudant-général. Le général en chef avait découvert le mérite réel de son protégé.</ref>. Rendu en France, il fut admis au conseil des Cinq-Cents. On prétend qu’au 18 brumaire il s’était manifesté contre le général Bonaparte, et qu’il fut emprisonné comme Sonthonax et d’autres.
 
Mentor ayant appris l’exécution de Ducoudray, prit le meilleur parti pour échapper à un sort semblable : il fut tout droit à Dessalines à qui ''il avoua'' qu il avait reçu la même mission. Mais il lui dit, qu’ayant été ''persécuté'' à cause de sa couleur ''noire'', désirant de quitter la France et d’éclairer le gouvernement haïtien et ses frères, sur les embûches que leur tendait le gouvernement français pour les subjuguer, il avait paru se prêter à’cetteà cette mission.
 
Cette manœuvre adroite réussit complètement auprès de Dessalines<ref> Le général Dessalines était de la campagne dont il s’agit dans, la note précédente. Il est probable que Mentor, si adroit, avait su capter son estime et son amitié à cette époque.</ref>. Mentor fut maintenu dans son grade d’adjudant-général et devint aide de camp de l’empereur, pour le malheur de celui-ci ; car, rayant déjà connu
29 964

modifications