Ouvrir le menu principal

Modifications

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
sontterres en eſt une auſſi. Les Chardons<ref>Il faut prendre garde de n’y pas mêler le Chardons-à-foulon ou des bonnetiers qui n’eſt pas un vrai Chardon.</ref> ſont des fleuronnées ; j’ai déjà dit que la ScorsonereScorſonere & le PissenlitPiſſenlit sontſont des demi-fleuronnées. Toutes ces fleurs sontſont assezaſſez grossesgroſſes pour pouvoir être disséquéesdiſſéquées & étudiées à l’œil nud sansſans le fatiguer beaucoup.
terres en est une aussi. Les Chardons *
 
Je ne vous en dirai pas davantage aujourd’hui surſur la famille ou classeclaſſe des composéescompoſées. Je tremble déjà d’avoir trop abuseabuſé de votre patience par des détails que j’aurois rendus plus clairs siſi j’avois suſu les rendre plus courts ; mais il m’estm’eſt impossibleimpoſſible de sauverſauver la difficulté qui naît de la petitessepetiteſſe des objets. Bonjour, chere CousineCouſine.
[* Il faut prendre garde de n’y pas mêler le Chardons-à-foulon ou des bonnetiers qui n’est pas un vrai Chardon.]
sont des fleuronnées ; j’ai déjà dit que la Scorsonere & le Pissenlit sont des demi-fleuronnées. Toutes ces fleurs sont assez grosses pour pouvoir être disséquées & étudiées à l’œil nud sans le fatiguer beaucoup.
 
{{=}}
Je ne vous en dirai pas davantage aujourd’hui sur la famille ou classe des composées. Je tremble déjà d’avoir trop abuse de votre patience par des détails que j’aurois rendus plus clairs si j’avois su les rendre plus courts ; mais il m’est impossible de sauver la difficulté qui naît de la petitesse des objets. Bonjour, chere Cousine.
 
{{T3|LETTRE VII.}}
 
{{c|''{{sc|Sur Lesles Arbres Fruitiers}}''.|m=.5em}}
 
J’attendons{{Initiale|J}}{{sc|’Attendois}} de vos nouvelles, chere CousineCouſine, sansſans impatience, parce que M.. T. que j’avois vu depuis la réception de votre précédente Lettre m’avoit dit avoir laisselaiſſé votre maman & toute votre famille en bonne santéſanté. Je me réjouis d’en avoir la confirmation par vous-même, ainsiainſi que des bonnes & fraîches nouvelles que vous me donnez de ma tante Gonceru. Son souvenirſouvenir cet& saſa bénédiction ont épanoui de joie un cœur à qui depuis long-tems on ne suitſuit plus gueres éprouver
10 767

modifications