Différences entre versions de « Page:Coubertin - L’Avenir de l’Europe.djvu/33 »

aucun résumé de modification
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
{{tiret2|sur|veillance}} occulte et de police secrète. Et très vite la limite sera atteinte : un pareil système est incompatible avec un pareil empire ; le maître est déjà débordé, ses conseillers ne tarderont pas à l’être aussi.
 
{{tiret2|sur|veillance}} occulte et de police secrète. Et très vite la limite sera atteinte : un pareil système est incompatible avec un pareil empire ; le maître est déjà débordé, ses conseillers ne tarderont pas à l’être aussi.
   
  +
Pendant ce temps, la démocratie rurale est isolée ; ces fonctionnaires et ces politiciens dont le pouvoir ne peut se passer contribuent à le séparer d’elle, à accroître la densité des couches intermédiaires qui empêchent le Tsar et le moujik de se connaître et de se comprendre. On est étonné que la démocratie rurale soit si lente dans son évolution ; étant donné qu’elle sort d’une servitude de trois siècles, cet étonnement n’est pas de mise. Du reste, son avenir n’est guère indécis, tant les traits qui la distinguent sont déjà marqués. D’abord le nombre et l’uniformité ; les paysans représentent 85 p. c. de la population totale — chiffre énorme dont leur similitude accroît la signification ; ils sont partout les mêmes, à la fois réalistes et mystiques, absolus ou dissimulés, sachant souffrir patiemment et attendre indéfiniment. C’est en second lieu leur conception du pouvoir et de la propriété ; pour eux, le Tsar est tout-puissant, non pas en fait, mais (ce qui est plus grave) en droit. L’expropriation implicitement contenue dans l’acte d’émancipation de 1801 n’a pu, bien entendu, que les confirmer dans ce radicalisme. Tout le monde sait que beaucoup d’entre eux n’en furent pas satisfaits. « Petit père, disaient les délégués d’une commune à un seigneur, que les choses restent comme par le passé ; nous vous appartenons, mais la terre est à nous. » Cette offre est topique : ''la terre est à eux !'' Au fond, depuis trente neuf ans, ils n’en ont pas démordu ; il y a là une conviction qui se transformera, mais qui ne s’effacera pas. Une troisième caractéristique, c’est l’organisation de la commune, si robuste qu’elle a pu traverser intacte la haute période d’asservissement. « Il est peu d’États en Europe et en Amérique, a dit M. Leroy-Beaulieu, où la commune ait vis-à-vis du pouvoir central une telle autonomie ; il n’en est peut-être pas un où elle garde sur ses membres une telle puissance. » Toutes les fonctions y sont électives et salariées, le collectivisme y a posé plus d’un germe et, d’autre part, l’esprit de clocher n’y règne pas ; ils sont tous pareils, les clochers, sur la terre russe, et le moujik semble avoir gardé quelque chose de ces tendances nomades qui décidèrent jadis Féodor et Boris Godounof à le fixer au sol, afin qu’il n’échappe point, par ses constantes pérégrinations, au service et au fisc.
Pendant ce temps, la démocratie rurale est isolée ; ces fonctionnaires et
 
ces politiciens dont le pouvoir ne peut se passer contribuent à le séparer
 
d’elle, à accroître la densité des couches intermédiaires qui empêchent le
 
Tsar et le moujik de se connaître et de se comprendre. On est étonné que
 
la démocratie rurale soit si lente dans son évolution ; étant donné qu’elle
 
sort d’une servitude de trois siècles, cet étonnement n’est pas de mise. Du
 
reste, son avenir n’est guère indécis, tant les traits qui la distinguent sont
 
déjà marqués. D’abord le nombre et l’uniformité ; les paysans représentent
 
85 p. c. de la population totale — chiffre énorme dont leur similitude
 
accroît la signification ; ils sont partout les mêmes, à la fois réalistes et
 
mystiques, absolus ou dissimulés, sachant souffrir patiemment et attendre
 
indéfiniment. C’est en second lieu leur conception du pouvoir et de la propriété ;
 
pour eux, le Tsar est tout-puissant, non pas en fait, mais (ce qui est
 
plus grave) en droit. L’expropriation implicitement contenue dans l’acte
 
d’émancipation de 1801 n’a pu, bien entendu, que les confirmer dans ce
 
radicalisme. Tout le monde sait que beaucoup d’entre eux n’en furent pas
 
satisfaits. « Petit père, disaient les délégués d’une commune à un seigneur,
 
que les choses restent comme parle passé ; nous vous appartenons,
 
mais la terre est à nous. y> Celte offre est topique : ''la terre est à eux !'' Au fond, depuis trente neuf ans, ils n’en ont pas démordu ; il y a là une conviction qui se transformera, mais qui ne s’effacera pas. Une troisième
 
caractéristique, c*est Torganisation delà commune, si robuste qu’elle a pu
 
traverser intacte la haute période d’asservissement. « Il est peu d’États en
 
Europe et en Amérique, a dit M. Leroy-Beaulieu, où la commune ait visà-vis
 
du pouvoir central une telle autonomie ; il n’en est peut-être pas un
 
où elle garde sur ses membres une telle puissance. » Toutes les fonctions
 
y sont électives et salariées, le collectivisme y a posé plus d’un germe et,
 
d’autre part, l’esprit de clocher n’y règne pas ; ils sont tous pareils, les
 
clochers, sur la terre russe, et le moujik semble avoir gardé quelque
 
chose de ces tendances nomades qui décidèrent jadis Féodor et Boris Godounof
 
à le fixer au sol, afin qu’il n’échappe point, par ses constantes pérégrinations,
 
au service et au fisc.
 
   
 
Il ne faudrait pas conclure de tout ceci que la commune russe menace de devenir un foyer révolutionnaire. Bien au contraire, les paysans répugnent à toute propagande anarchiste. Mais il n’en est pas moins vrai que « la Russie est le seul pays du monde où l’on pourrait supprimer la propriété par décret »<ref name="p28">A. Leroy-Beaulieu.</ref>, et cela, ils s’en rendent compte ; ce seul fait est pernicieux pour l’ordre social. Il implique l’existence d’un malentendu
 
Il ne faudrait pas conclure de tout ceci que la commune russe menace de devenir un foyer révolutionnaire. Bien au contraire, les paysans répugnent à toute propagande anarchiste. Mais il n’en est pas moins vrai que « la Russie est le seul pays du monde où l’on pourrait supprimer la propriété par décret »<ref name="p28">A. Leroy-Beaulieu.</ref>, et cela, ils s’en rendent compte ; ce seul fait est pernicieux pour l’ordre social. Il implique l’existence d’un malentendu
94 826

modifications