Différences entre versions de « Imitation de Jésus-Christ/Livre 3/Chapitre 35 »

m
Ernest-Mtl: match
(page de match)
m (Ernest-Mtl: match)
{{Navigateur|[[Imitation de Jésus-Christ/Livre 3/Chapitre 34| - Livre 3 Chapitre 34]]|[[Imitation de Jésus-Christ]]|[[Imitation de Jésus-Christ/Livre 3/Chapitre 36| - Livre 3 Chapitre 36]]}}
 
 
==__MATCH__:[[Page:Corneille - Imitation de Jésus-Christ, édition 1862.djvu/476]]==
 
<center>'''Que durant cette vie on n’est jamais en sureté contre les tentations.'''</center>
demande à ta vertu de vigoureux apprêts ;
mais il te faut surtout l’écu de patience
 
</poem>
==[[Page:Corneille - Imitation de Jésus-Christ, édition 1862.djvu/477]]==
<poem>
qui te dérobe entier aux pointes de leurs traits.
Que de tous côtés il te couvre,
Si durant une vie où rien n’est perdurable,
tu te rends amoureux de la tranquillité,
 
</poem>
==[[Page:Corneille - Imitation de Jésus-Christ, édition 1862.djvu/478]]==
<poem>
oseras-tu prétendre à ce calme ineffable
que gardent les trésors de mon éternité ?
C’est par de tels sentiers qu’enfin la patience
à la haute vertu guide un nouveau soldat ;
 
</poem>
==[[Page:Corneille - Imitation de Jésus-Christ, édition 1862.djvu/479]]==
<poem>
c’est par cette fâcheuse et rude expérience
qu’il trouve un diadème au sortir du combat.
et que pour l’obtenir les gênes temporelles
n’avoient point de condignité.
</poem>
==[[Page:Corneille - Imitation de Jésus-Christ, édition 1862.djvu/480]]==
<poem>
As-tu droit de vouloir dès les moindres alarmes,
toi qui n’es en effet qu’ordure et que péché,
1 105 350

modifications