« Page:Désorgues - Voltaire, ou le Pouvoir de la philosophie, 1798.djvu/22 » : différence entre les versions

(correction OCR)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{=|50}}
ODE
{{T1mp|{{t|{{espacé|0.95em|'''ODE'''}}|140}}<br/>{{espacé|0.1em|{{t|A J.J.R0USSEAU.|90}}}}}}

A J.J.R0USSEAU


<poem>
E{{sc|nfin}} sur les bords de la Seine
E{{sc|nfin}} sur les bords de la Seine
Revient le vengeur de nos droits ;
Revient le vengeur de nos droits ;
Dans nos murs, affranchis de rois,
Dans nos murs, affranchis de rois,
Son ombre libre se promene.
Son ombre libre se {{corr|promene|promène}}.
Loin des champs qu’il a préférés
Loin des champs qu’il a préférés
Transportons sa cendre chérie,
Transportons sa cendre chérie,
Ligne 18 : Ligne 18 :
Qu’au moins, pour charmer votre deuil,
Qu’au moins, pour charmer votre deuil,
Une pyramide éclatante
Une pyramide éclatante
Leve une tête triomphante
{{corr|Leve|Lève}} une tête triomphante
Où nos, yeux, cherchaient son cercueil
Où nos, yeux, cherchaient son cercueil


Lorsque son ame est réunie
Lorsque son {{corr|ame|âme}} est réunie
Au sein de l’Être universel
Au sein de l’Être universel
Et reçoit un prix immortel
Et reçoit un prix immortel
Egal à son divin génie,
{{corr|Egal|Égal}} à son divin génie,
Offrons-lui des honneurs nouveaux,
Offrons-lui des honneurs nouveaux,
Et par nos accords unanimes
Et par nos accords unanimes
Consacrons ses restes sublimes .
Consacrons ses restes sublimes .
Divinisés par ses travaux.
Divinisés par ses travaux.
</poem>