« Page:Désorgues - Voltaire, ou le Pouvoir de la philosophie, 1798.djvu/11 » : différence entre les versions

modèles corr, métrifieur et nr
(correction OCR)
 
(modèles corr, métrifieur et nr)
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
(10)
{{nr||(10)}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
J’accoutumais leur cœur à l’aimer, à l’entendre,
{{métrifieur|J’accoutumais leur cœur à l’aimer, à l’entendre,
Et je les instruisis à mériter sa cendre.
Et je les instruisis à mériter sa cendre.
Elle nous sauve encor de ces vils préjugés,
Elle nous sauve encor de ces vils préjugés,
Ligne 18 : Ligne 18 :
Tel qu’un miel bienfaisant votre sainte éloquence
Tel qu’un miel bienfaisant votre sainte éloquence
Du poison de ce monstre endort la violence ;
Du poison de ce monstre endort la violence ;
A sa rage homicide à peine ai-je échappé,
{{corr|A|À}} sa rage homicide à peine ai-je échappé,
J’ai vu dans ses replis mon corps enveloppé ;
J’ai vu dans ses replis mon corps enveloppé ;
Mais, poursuivi bientôt par l’aspect de Voltaire,
Mais, poursuivi bientôt par l’aspect de Voltaire,
Ligne 30 : Ligne 30 :
S’associe à leur rage et conduit leurs complots ;
S’associe à leur rage et conduit leurs complots ;
Il s’unit dans l’église au foudroyant papisme,
Il s’unit dans l’église au foudroyant papisme,
A l’enfant de Calvin, au triste jansénisme.
{{corr|A|À}} l’enfant de Calvin, au triste jansénisme.|sauf_premier=vrai}}