Différences entre versions de « Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/436 »

m
m (Phe: split)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
{{nr||{{sc|dénouement très applaudi des spectateurs.}}|423}}
  +
{{Séparateur|l}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 15 : Ligne 15 :
 
Puis, Clou-de-Girofle frappa les trois coups.
 
Puis, Clou-de-Girofle frappa les trois coups.
   
A ce moment, dans un théâtre bien machiné, le rideau se fût levé sur les derniers accords de l’orchestre. S’il ne se leva pas, cette fois, c’est qu’il n’y a point de rideaux aux pistes de cirque, même quand elles servent de scène.
+
{{Corr|A|À}} ce moment, dans un théâtre bien machiné, le rideau se fût levé sur les derniers accords de l’orchestre. S’il ne se leva pas, cette fois, c’est qu’il n’y a point de rideaux aux pistes de cirque, même quand elles servent de scène.
   
Mais que l’on ne s’imagine pas qu’il n’y eût pas de décor, ou, du moins quelque apparence de décor. A gauche, une armoire, avec une croix peinte, figurait l’église, ou plutôt la chapelle, dont le clocher devait être dans la coulisse ; au centre, se développait la place publique du village, naturellement représentée par la piste ; à
+
Mais que l’on ne s’imagine pas qu’il n’y eût pas de décor, ou, du moins quelque apparence de décor. {{Corr|A|À}} gauche, une armoire, avec une croix peinte, figurait l’église, ou plutôt la chapelle, dont le clocher devait être dans la coulisse ; au centre, se développait la place publique du village, naturellement représentée par la piste ; à
34 271

modifications