Ouvrir le menu principal

Modifications

aucun résumé de modification
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
{{Note latérale droite|{{sc|Chap.<br />ⅳ}}.}}cette sur-dent qui l’en empeschoit.
 
Les jeunes Chevaux rarement ont des surdents , elles n’arrivent qu’aux vieux , comme le lampas n’arrive qu’aux jeunes ; puisqu’au contraire le palais se décharne & dessèchedesséche à mesure que les Chevaux croissent en âge.
 
Il faut remarquer que pour oster le lampas , barbes & sur-dents , l’on ouvre la bouche du Cheval avec un pas d’Asne , qu’il faut envelopper à l’endroit où il appuye sur la barre, de quelque vieil linge usé, de crainte d’entamer les barres : J’ay veu beaucoup de Chevaux avoir la bouche offensée, faute de cette precaution.
beaucoup de Chevaux avoir la bouche offensée , faute de cette precaution.
<section end=chap4 />
----{{Note latérale droite|CHAP.<br />Ⅴ.}}
----
{{centré|''De la bouche blessée ou entamée.''}}
<section begin=chap5 />
{{Note latérale droiteLettrine|CHAP.<br />V.L|3}}{{Lettrinesc|L|3Ors}}Ors que la bride porte trop rudement sur les barres, soit par la faute de la main du Cavalier ou autrement , les barres s’en trouvent offensées ou rompues, il faut si la blessure est petite & que l’os ne soit pas rompu , frotter cette partie avec du miel rozat, huit ou dix fois par jour.
 
Si l’os est rompu , & qu’en passant le doigt sur la blessure , on trouve quelque pointe qui vous pique, ou qu’il y ait ulcere formé, prendre un peu de coton, que l’on imbibe avec de l’esprit de Vitriol ou de l’esprit de sel , on introduit ce coton dans le trou de la barre , & on le laisse agir pendant qu’on tient la langue d’une main, & de l’autre la bouche ouverte : Car de faire tomber des gouttes d’esprit de Vitriol , ou autre sur l’ulcere, il en tomberoit facilement ailleurs , ce qui cauteriseroit peut-estre, & feroit du mal où il n’y en a pas : Le lendemain & tous
les jours suivans, frotter le mal avec du miel Rozat ou miel commun, l’escarre tombera , & l’esquille d’os aussi d’elle-mesme ; l’escarre estant tombée , mettez y souvent de l’eau de vie ou du sucre, l’ulcere guérira : s’il y a un trou dans la barre avec pourriture & puanteur, ce qu’on connoist en mettant le doigt dans le trou sans trouver esquille , & retirant le doigt on le trouve fort puant & infect, il faut remplir ce trou avec du sucre pilepilé, trois ou quatre fois le jour , bien-tost ce sucre aura nettoyé la partie, & continuant, le trou se bouchera, &c la barre guerrira ; mais il faut mettre au Cheval un canon simple, ou autre embouchure qui ne le blesse plus , & luy oster absolument le mors qui l’a blessé, sur peine de perdre la bouche sans resource : si la langue estoicestoit blessée, il faut changer de mors, & luy en {{tiret|don-|}}