Différences entre versions de « Page:Vidocq - Mémoires - Tome 1.djvu/74 »

 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
à ses bureaux comme chargé de détails d’administration, et particulièrement en ce qui concernait l’habillement. Bientôt les affaires de la division nécessitent l’envoi d’un homme de confiance à Arras ; je pars en poste, et j’arrive dans cette ville à onze heures du soir. Comme chargé d’ordres, je me fais ouvrir les portes, et par un mouvement que je ne saurais trop expliquer je cours chez ma femme ; je frappe long-temps sans que personne vienne répondre ; un voisin m’ouvre enfin la porte de l’allée, et je monte rapidement à la chambre de ma femme ; en approchant, j’entends le bruit d’un sabre qui tombe, puis on ouvre la fenêtre, et un homme saute dans la rue. Il est inutile de dire qu’on avait reconnu ma voix : je redescends aussitôt les escaliers en toute hâte, et je rejoins bientôt mon Lovelace, dans lequel je reconnais un adjudant-major du 17{{e}} chasseurs à cheval, en semestre à Arras. Il était à demi nu ; je le ramène au domicile conjugal ; il achève sa toilette, et nous ne nous quittons qu’avec l’engagement de nous battre le lendemain.
+
à ses bureaux comme chargé de détails d’administration, et particulièrement en ce qui concernait l’habillement. Bientôt les affaires de la division nécessitent l’envoi d’un homme de confiance à Arras ; je pars en poste, et j’arrive dans cette ville à onze heures du soir. Comme chargé d’ordres, je me fais ouvrir les portes, et par un mouvement que je ne saurais trop expliquer, je cours chez ma femme ; je frappe long-temps sans que personne vienne répondre ; un voisin m’ouvre enfin la porte de l’allée, et je monte rapidement à la chambre de ma femme ; en approchant, j’entends le bruit d’un sabre qui tombe, puis on ouvre la fenêtre, et un homme saute dans la rue. Il est inutile de dire qu’on avait reconnu ma voix : je redescends aussitôt les escaliers en toute hâte, et je rejoins bientôt mon Lovelace, dans lequel je reconnais un adjudant-major du 17{{e}} chasseurs à cheval, en semestre à Arras. Il était à demi nu ; je le ramène au domicile conjugal ; il achève sa toilette, et nous ne nous quittons qu’avec l’engagement de nous battre le lendemain.
   
 
Cette scène avait mis tout le quartier en rumeur. La plupart des voisins accourus aux fenêtres m’avaient vu saisir le complice ; devant
 
Cette scène avait mis tout le quartier en rumeur. La plupart des voisins accourus aux fenêtres m’avaient vu saisir le complice ; devant
503

modifications