Ouvrir le menu principal

Modifications

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Depuis longtemps, on annonçait de grands préparatifs allemands dans la Baltique; depuis quelque temps, il n’y avait plus de doute que sur le point où porterait l’attaque; attaque navale, ou double attaque combinée par terre et par mer. L’imminence de ce péril était la première des raisons invoquées dans l’appel, plus patriotique que séditieux, du général Korniloff. L’occupation de Riga, la possession du bassin inférieur de la Dvina, rendaient l’expédition plus facile ou possible; aussi bien l’Empire « invincible, » dont « l’avenir est sur l’eau, » mais le présent dessous, avait-il là, avec un échec à réparer, sa façade d’orgueil à recrépir. Et puis, ce que nous ne savions pas, ce que le monde étonné a appris par l’étrange confession publique de l’amiral von Cappelle, il y avait les équipages mutinés d’une flotte qui se rouillait dans l’inaction à reprendre en main et à guérir d’une indiscipline à laquelle aucune force, même allemande, ne survit ni ne résiste. Une opération de grand style était donc certaine, mais où ? Serait-ce en Courlande, sur les bords du golfe de Riga, sur les côtes de Livonie ? Ne serait-ce pas en Finlande, où l’Allemagne ne voudrait pas perdre les fruits de la plus savante des préparations, telles qu’elle met tous ses moyens à les faire, et telles que par avance elles lui livrent, pense-t-elle, le pays miné et le peuple corrompu ? En Finlande, elle travaillait sur un vieux fonds de séparatisme et d’antipathie qui lui assurait le plein de ses chances, et, pour la dernière secousse à donner, elle savait, les ayant elle-même formés, qu’elle trouverait des « cadres » dressés à la prussienne. Enfin, de Helsingfors, avec de bons yeux et de longs bras, peut-être se flattait-elle de découvrir et d’atteindre Pétrograd.
CHRONIQUE DE LA QUINZAINE
 
Depuis longtemps, on annonçait de grands préparatifs allemands
dans la Baltique; depuis quelque temps, il n’y avait plus de doute
que sur le point où porterait l’attaque; attaque navale, ou double
attaque combinée par terre et par mer. L’imminence de ce
péril était la première des raisons invoquées dans l’appel, plus
patriotique que séditieux, du général Korniloff. L’occupation de
Riga, la possession du bassin inférieur de la Dvina, rendaient
l’expédition plus facile ou possible; aussibien l’Empire « inAincible, »
dont c l’avenir est sur l’eau, » mais le présent dessous, avait -il là,
avec un échec à réparer, sa façade d’orgueil à recrépir. Et puis, ce
que nous ne sa^dons pas, ce que le monde étonné a appris par
l’étrange confession publique de l’amiral von Cappelle, il y avait
les équipages mutinés d’une flotte qui se rouillait dans l’inaction à
reprendre en main et à guérir d’une indiscipline à laquelle aucune
force, même allemande, ne surfit ni ne résiste. Une opération de
grand slyle était donc certaine, mais où? Serait-ce en Courlande, sur
les bords du golfe de Riga, sur les côtes de Livonie? Ne serait-ce pas
en Finlande, où l’Allemagne ne voudrait pas perdre les fruits de la
plus savante des préparations, telles qu’elle met tous ses moyens à les
faire, et telles que par avance elles lui livrent, pense-t-elle, le pays miné
et le peuple corrompu? En Finlande, elle travaillait sur un vieux fonds
de séparatisme et d’antipathie qui lui assurait le plein de ses
chances, et, pour la dernière secousse à donner, elle savait, les ayant
elle-même formés, qu’elle trouverait des « cadres » dressés à la prussienne.
Enfin, de Helsingfors, avec de bons yeux et de longs bras, peut-être
se flattait-elle de découvrir et d’atteindre Pétrograd.
Nous sommes maintenant fixés, au moins sur le point de départ. Une
269 012

modifications