Différences entre versions de « Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/80 »

m
m (Typographie)
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
<nowiki />
 
<nowiki />
   
  +
Ils entrèrent dans la cabane.
« J’ai tout perdu.
 
   
  +
Maugendre remplit deux verres et ils s’attablèrent en face l’un de l’autre.
« Par ma faute. »
 
  +
  +
— Je n’ai pas toujours été isolé comme tu vois, Louveau.
  +
  +
Je me rappelle un temps où j’avais tout ce qu’il faut pour être heureux : un peu de bien et une femme qui m’aimait.
  +
  +
  +
[[Image:Alphonse Daudet - La Belle Nivernaise - Chapitre III - Image 18.JPG|center|150px|Image 18 - Chapitre III]]
  +
<br />
  +
 
J’ai tout perdu.
  +
 
Par ma faute. »
   
 
Et le charpentier s’interrompit ; l’aveu qu’il avait dans la gorge l’étranglait.
 
Et le charpentier s’interrompit ; l’aveu qu’il avait dans la gorge l’étranglait.
   
« Je n’ai jamais été un méchant homme, François. Mais j’avais un vice.
+
Je n’ai jamais été un méchant homme, François.
  +
  +
Mais j’avais un vice…
   
 
— Toi ?
 
— Toi ?
Ligne 13 : Ligne 27 :
 
— Je l’ai encore.
 
— Je l’ai encore.
   
« J’aime la « denrée » par-dessus tout.
+
J’aime la « denrée » par-dessus tout.
   
« C’est ce qui a causé mes malheurs.
+
C’est ce qui a causé mes malheurs.
76 866

modifications