Différences entre les versions de « Page:Revue des Deux Mondes - 1890 - tome 102.djvu/43 »

m
aucun résumé de modification
 
m
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 7 : Ligne 7 :
 
L’on finit par atteindre le col ; il y faisait très froid et l’on voyait mal ; sous un nuage noir qui la dérobait en partie, la vallée du Var paraissait sombre, désolée, étrangement ravagée. L’heure, d’ailleurs, pressait pour le retour. L’on se remit en route. En rentrant à Colmars, Mireille n’avait pas recouvré la parole, et M. Marbel n’était plus qu’un paquet effondré à la discrétion de sa monture.
 
L’on finit par atteindre le col ; il y faisait très froid et l’on voyait mal ; sous un nuage noir qui la dérobait en partie, la vallée du Var paraissait sombre, désolée, étrangement ravagée. L’heure, d’ailleurs, pressait pour le retour. L’on se remit en route. En rentrant à Colmars, Mireille n’avait pas recouvré la parole, et M. Marbel n’était plus qu’un paquet effondré à la discrétion de sa monture.
   
((t4|VII. }}
+
{{t4|VII. }}
   
 
Fatigue ou mauvaise humeur, la rentrée aux Sorguettes, qui se fit en voiture, fut fort silencieuse. Le dîner ne rendit même pas à M. Marbel la force de se plaindre de sa chevauchée, et, après l’avoir couvert de compresses aux endroits trop entamés par la selle, son valet de chambre le coucha.
 
Fatigue ou mauvaise humeur, la rentrée aux Sorguettes, qui se fit en voiture, fut fort silencieuse. Le dîner ne rendit même pas à M. Marbel la force de se plaindre de sa chevauchée, et, après l’avoir couvert de compresses aux endroits trop entamés par la selle, son valet de chambre le coucha.