Différences entre les versions de « Page:Anatole France - Le Jardin d’Épicure.djvu/179 »

aucun résumé de modification
m (Marc: split)
 
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
{{nr||LE JARDIN D'ÉPICURE|165}}
  +
{{----|100%}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
clairée par une lumière pâle et mystérieuse comme le clair de lune, les chants et l’encens et la voix du prêtre, voilà les premières séductions du cloître ; elles l’emportent quelquefois sur celles du monde.
+
éclairée par une lumière pâle et mystérieuse comme le clair de lune, les chants et l’encens et la voix du prêtre, voilà les premières séductions du cloître ; elles l’emportent quelquefois sur celles du monde.
   
 
C’est que ces choses ont une âme et qu’elles contiennent toute la somme de poésie accessible à certaines natures. Sédentaire et faite pour une vie discrète, humble, cachée, la femme se trouve tout d’abord à son aise au couvent. L’atmosphère en est tiède, un peu lourde ; elle procure aux bonnes filles les délices d’une lente asphyxie. On y goûte un demi-sommeil. On y perd la pensée. C’est un grand débarras. En échange, on y gagne la certitude. N’est-ce pas, au point
 
C’est que ces choses ont une âme et qu’elles contiennent toute la somme de poésie accessible à certaines natures. Sédentaire et faite pour une vie discrète, humble, cachée, la femme se trouve tout d’abord à son aise au couvent. L’atmosphère en est tiède, un peu lourde ; elle procure aux bonnes filles les délices d’une lente asphyxie. On y goûte un demi-sommeil. On y perd la pensée. C’est un grand débarras. En échange, on y gagne la certitude. N’est-ce pas, au point
921

modifications