Différences entre les versions de « Page:Anatole France - Le Jardin d’Épicure.djvu/269 »

aucun résumé de modification
m (Marc: split)
 
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
{{nr||LE JARDIN D'ÉPICURE|255}}
  +
{{----|100%}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
entendu, Polyphile, que les métaphysiciens parlent une langue composée de termes les uns empruntés au langage vulgaire dans ce qu’il a de plus abstrait, ou de plus général, ou de plus négatif, les autres créés artificiellement avec des éléments empruntés au langage vulgaire. Où voulez-vous en venir ?
 
entendu, Polyphile, que les métaphysiciens parlent une langue composée de termes les uns empruntés au langage vulgaire dans ce qu’il a de plus abstrait, ou de plus général, ou de plus négatif, les autres créés artificiellement avec des éléments empruntés au langage vulgaire. Où voulez-vous en venir ?
POLYPHILE.
+
{{centré|{{taille|POLYPHILE.|110}}}}
   
 
Accordez-moi d’abord, Ariste, que tous les mots du langage humain furent frappés à l’origine d’une figure matérielle et que tous représentèrent dans leur nouveauté quelque image sensible. Il n’est point de terme qui primitivement n’ait été le signe d’un objet appartenant à ce monde des formes et des couleurs, des
 
Accordez-moi d’abord, Ariste, que tous les mots du langage humain furent frappés à l’origine d’une figure matérielle et que tous représentèrent dans leur nouveauté quelque image sensible. Il n’est point de terme qui primitivement n’ait été le signe d’un objet appartenant à ce monde des formes et des couleurs, des
921

modifications