Différences entre versions de « Ainsi parlait Zarathoustra/Première partie/Le prologue de Zarathoustra »

aucun résumé de modification
{{Option|Version audio|display:none;|[[Media:Ainsi_parlait_Zarathoustra,_prologue_1.ogg|Version audio]] [[Image:Speaker Icon.svg|20px]]}}
{{TexteADroite|__TOC__}}
Lorsque Zarathoustra eut atteint sa trentième année, il quitta sa patrie et le lac de sa patrie et s’en alla dans la montagne. Là il jouit de son esprit et de sa solitude et ne s’en lassa point durant dix années. Mais enfin son cœur se transforma, — et un matin, se levant avec l’aurore, il s’avança devant le soleil et lui parla ainsi :
 
{{Page|Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/5}}
« Ô grand astre ! Quel serait ton bonheur, si tu n’avais pas ceux que tu éclaires ?
 
Depuis dix ans que tu viens vers ma caverne : tu te serais lassé de ta lumière et de ce chemin, sans moi, mon aigle et mon serpent.
 
Mais nous t’attendions chaque matin, nous te prenions ton superflu et nous t’en bénissions.
 
Voici ! Je suis dégoûté de ma sagesse, comme l’abeille qui a amassé trop de miel. J’ai besoin de mains qui se tendent. Je voudrais donner et distribuer, jusqu’à ce que les sages parmi les hommes soient redevenus joyeux de leur folie, et les pauvres, heureux de leur richesse.
 
Voilà pourquoi je dois descendre dans les profondeurs, comme tu fais le soir quand tu vas derrière les mers, apportant ta clarté au-dessous du monde, ô astre débordant de richesse !
 
Je dois disparaître ainsi que toi, ''me coucher'', comme disent les hommes vers qui je veux descendre.
 
Bénis-moi donc, œil tranquille, qui peux voir sans envie un bonheur même sans mesure !
 
Bénis la coupe qui veut déborder, que l’eau toute dorée en découle, apportant partout le reflet de ta joie !
 
Vois ! cette coupe veut se vider à nouveau et Zarathoustra veut redevenir homme. »
 
Ainsi commença le déclin de Zarathoustra.
 
===2.===
{{Option|Version audio|display:none;|[[Media:Ainsi_parlait_Zarathoustra,_prologue_2.ogg|Version audio]] [[Image:Speaker Icon.svg|20px]]}}
Zarathoustra descendit seul des montagnes, et il ne rencontra personne. Mais lorsqu’il arriva dans les bois, soudain se dressa devant lui un vieillard qui avait quitté sa sainte chaumière pour chercher des racines dans la forêt. Et ainsi parla le vieillard et il dit à Zarathoustra :
 
« Il ne m’est pas inconnu, ce voyageur ; voilà bien des années qu’il passa par ici. Il s’appelait Zarathoustra, mais il s’est transformé.
 
Tu portais alors ta cendre à la montagne ; veux-tu aujourd’hui porter ton feu dans la vallée ? Ne crains-tu pas le châtiment des incendiaires ?
 
{{Page|Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/6}}
Oui, je reconnais Zarathoustra. Son œil est limpide et sur sa lèvre ne se creuse aucun pli de dégoût. Ne s’avance-t-il pas comme un danseur ?
 
Zarathoustra s’est transformé, Zarathoustra s’est fait enfant, Zarathoustra s’est éveillé : que vas-tu faire maintenant auprès de ceux qui dorment ?
 
Tu vivais dans la solitude comme dans la mer et la mer te portait. Malheur à toi, tu veux donc atterrir ? Malheur à toi, tu veux de nouveau traîner toi-même ton corps ? »
35 208

modifications