Différences entre les versions de « Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t4.djvu/10 »

corrigée
m (maintenance)
(corrigée)
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
a ŒUVRES
+
{{nr|2|ŒUVRES}}
   
les louanges du dieu. Ce divertissement passager
+
les louanges du dieu. Ce divertissement passager devint un usage annuel , puis sacrifice public , ensuite cérémonie universelle, enfin spectacle public
  +
profane : car , comme tout était sacré dans l’antiquité payenne , les jeux et lesamusemens se tournèrent en fêtes, et les temples à leur tour se métamorphosèrent en théâtres; mais cela n’arriva que par degrés.
devint un usage annuel , puis sacrifice public , en-
 
suite cérémonie universelle, enfin spectacle public
 
profane : car , comme tout était sacré dans l'anti-
 
quité payenne , les jeux et lesamusemens se tour-
 
nèrent en fêtes , et les temples à leur tour se mé-
 
tamorphosèrent en théâtres ; mais cela n'arriva
 
que par degrés.
 
   
Les Grecs venant à se polir , transportèrent dans
+
Les Grecs venant à se polir, transportèrent dans leurs villes une fête née du loisir de la campagne. Les poètes les plus distingués se firent gloire de composer des hynuies religieuses en Thonneur
  +
de Bacchus, et d’y ajouter tout ce que la musique et la danse pouvaient y répandre d’agrémens. Ce fut une occasion de disputer le prix de la poésie; et ce prix, au moins à la campagne, était un bouc, ou une outre de vin, par allusion au nom de
leurs villes une fête née du loisir de la campa-
 
  +
l’hymne bachique, appelée depuis long-temps ''tragédie'', c’est-à-dire, chanson du bouc ou des vendanges. Ce ne fut, en effet, rien autre chose durant un long espace d’années.
gne. Les poètes les plus distingués se firent gloire
 
de composer des hynuies religieuses en Thonneur
 
de Bacchus, et d'y ajouter tout ce que la musique
 
et la danse pouvaient y répandre d'agrémens. Ce
 
fut une occasion de disputer le prix de la poésie ;
 
et ce prix, au moins à la campagne , était un bouc,
 
ou une outre de vin , par allusion au nom de
 
l'hymne bachique , appelée depuis long-temps
 
tragédie^ c'est-à-dire, chanson du bouc ou des
 
vendanges. Ce ne fut, en effet, rien autre chose
 
durant un long espace d'années.
 
   
On perfectionna de plus en plus le même genre;
+
On perfectionna de plus en plus le même genre; mais on ne le changea pas. Il fit, entre autres, la réputation de plus de quinze ou seize poètes, presque tous successeurs les uns des autres.
mais on ne le changea pas. Il fit, entre autres, la
 
réputation de plus de quinze ou seize poètes, pres-
 
que tous successeurs les uns des autres.
 
   
  +
On voit assez que, ni dans ces hymnes, ni dans les chœurs qui les chantaient, ou ne trouve aucune trace de la véritable tragédie, à en pénétrer l’idée plutôt que le nom. On peut toutefois conjecturer avec fondement que ces poésies devinrent
On voit assez que , ni dans ces hymnes , ni dans
 
les chœurs qui les chantaient, ou ne trouve au-
 
cune trace de la véritable tragédie, à en pénétrer
 
l'idée plutôt que le nom. On peut toutefois con-
 
jecturer avec fondement que ces poésies devinrent
 
 
��
 
 
101

modifications