« Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/222 » : différence entre les versions

m
Phe: split
m (Phe: split)
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page non corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
<nowiki />
224


{{Scène|III.}}
LE SECOND HAMLET.
Une chambre dans la maison de Polonius


Entrent LAERTES et OPHELIA
n’est-elle déjà venue! —Jusque-là, reste calme,mon âme ! Les noires actions, — quand toute la terre les couvrirait, se dresseront aux yeux des hommes.


{{Personnage|LAERTES|c}}
il sort.
Mes bagages sont embarqués, adieu ! Ah ! sœur, quand les vents seront bons et qu’un convoi sera prêt à partir, ne vous endormez pas, mais donnez-moi de vos nouvelles.


{{Personnage|OPHÉLIA|c}}
SCÈNE III
En pouvez-vous douter ?


{{Personnage|LAERTES|c}}
[Une chambre dans la maison de Polonius.]
Pour ce qui est d’Hamlet et de ses frivoles attentions, regardez cela comme une fantaisie, un jeu sensuel, une violette de la jeunesse printanière, précoce mais éphémère, suave mais sans durée, dont le parfum remplit une minute ; rien de plus.


{{Personnage|OPHÉLIA|c}}
Entrent Laertes et Ophéua. LAERTES.
Rien de plus, vraiment ?


{{Personnage|LAERTES|c}}
Mes bagages sont embarqués, adieu. Ah! sœur, quand les vents seront bons - et qu’un convoi sera prêt à partir, ne vous endormez pas, -mais donnez-moi de vos nouvelles.
Non, croyez-moi, rien de plus. Car la nature, dans la croissance, ne développe pas seulement les muscles et la masse du corps ; mais, à mesure que le temple est plus vaste, les devoirs que le service intérieur impose à l’âme grandissent également. Peut-être vous aime-t-il aujourd hui ; peut-être aucune souillure, aucune déloyauté ne ternit-elle la vertu de ses désirs ; mais

OPHÉLIA.

En pouvez-vous douter?

■ LAERTES.

— Pour ce qui est d’Hamlet et de ses frivoles, attention s,

— regardez cela comme une fantaisie, un jeu sensuel,

une violette de la jeunesse printanière, précoce mais éphémère, suave mais sans durée, dont le parfum remplit une minute ; rien de plus.

OPHÉLIA.

Rien de plus, vraiment?

LAERTES. Non, croyez-moi, rien de plus. Car la nature, dans la croissance, ne développe pas seulement les muscles et la masse du corps ; mais, à mesure que le temple est plus vaste, les devoirs que le service intérieur impose à l’âme - grandissent également. Peut-être, vous aime-til aujourd’hui; peut-être aucune souillure, aucune déloyauté ne ternit-elle la vertu de ses désirs ; mais
Pied de page (noinclude) :Pied de page (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :

<references/>
1 152 323

modifications