« Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Construction -- Principes » : différence entre les versions

aucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
de l'arc doubleau.
 
[[Image:Plan.colonne.XIIe.siecle.png|center]]
[Illustration: Fig. 28.]
 
Prenons maintenant sur la fig. 27 la naissance A de deux formerets,
de ces pilastres portant chapiteau comme les colonnes.
 
[[Image:Plan.colonne.XIIe.siecle.2.png|center]]
[Illustration: Fig. 28 bis.]
 
Souvent les formerets ne descendaient pas sur le tailloir des chapiteaux
des brisures dans la maçonnerie.
 
[[Image:Coupe.maconnerie.XIIe.siecle.png|center]]
[Illustration: Fig. 30.]
 
[Illustration: Fig. 30 bis.]
 
Les édifices élevés, de 1140 à 1200, dans l'Île-de-France, le Beauvoisis,
dimension de celle de Noyon avec des moyens en apparence aussi faibles,
et nous dépenserions des sommes fabuleuses pour exécuter ce qu'au
XII<sup>e</sup> siècle on pouvait faire avec des ressources comparativement minimes.
 
[[Image:Travee.interieure.cathedrale.Noyon.png|center]]
[Illustration: Fig. 31.]
 
XII<sup>e</sup> siècle on pouvait faire avec des ressources comparativement minimes.
 
Nous trouvons ces constructions dispendieuses, parce que nous ne voulons
l'équilibre général de la bâtisse.
 
[[Image:Schema.poussee.voutes.png|center]]
[Illustration: Fig. 32]
 
Nous nous garderons bien de résoudre ces questions d'équilibre par des
Utilisateur anonyme