Différences entre versions de « Page:Nietzsche - Aurore.djvu/193 »

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
étrangères ! Avec notre intention, poussée jusqu’à
étrangères ! Avec notre intention, poussée jusqu’à l’énormité, de vouloir raboter toutes les aspérités et tous les angles de la vie, ne sommes-nous pas en bonne voie de réduire l’humanité jusqu’à en faire du sable ? Du sable ! Du sable fin, mou, granuleux, infini ! Est-ce là votre idéal, ô héros des affections sympathiques ? — En attendant, reste à savoir si l’on sert davantage son prochain en courant immédiatement et sans cesse à son secours et en l’aidant, – ce qui ne peut se faire que très superficiellement à moins de devenir une
 
  +
l’énormité, de vouloir enlever à la vie toute rudesse
mainmise tyrannique, ou si l’on fait de soi-même
 
  +
dans les contours, toute espèce de coins, ne
  +
sommes-nous pas en bonne passe de réduire
  +
l’humanité jusqu’à en faire du ''sable ?'' Du sable ! Du
  +
sable fin, mou, granuleux, infini ! Est-ce là votre
  +
idéal, à vous qui êtes les héros des affections
  +
sympathiques ? — En attendant, la question reste à
  +
résoudre si l’on sert ''davantage'' son prochain en
  +
courant immédiatement et sans cesse à son secours
  +
et en lui ''aidant'', ce qui ne peut se faire que très
  +
superficiellement à moins de devenir une
 
mainmise tyrannique, ou si l’on ''fait'' de soi-même
 
quelque chose que le prochain voit avec plaisir, par
 
quelque chose que le prochain voit avec plaisir, par
 
exemple un beau jardin tranquille et fermé qui
 
exemple un beau jardin tranquille et fermé qui
 
possède de hautes murailles contre la tempête et
 
possède de hautes murailles contre la tempête et
la poussière des grandes routes, mais aussi une porte hospitalière.
+
la poussière des grandes routes, mais aussi une
  +
porte hospitalière.
 
== 175. ==
 
== 175. ==
  +
{{sc|Idée fondamentale d’une culture de
{{sc|Idée fondamentale d’une culture de commerçants}}. – On voit maintenant se former, de différents côtés, la culture d’une société dont le ''commerce'' est l’âme tout aussi bien que le combat singulier était l’âme de la culture chez les anciens Grecs, la guerre, la victoire et le droit chez les Romains. Celui qui s’adonne au commerce s’entend à tout taxer sans le produire, à taxer <i>d’après le besoin du consommateur</i> et non d’après son besoin personnel ; chez lui la question des questions c’est de savoir « quelles personnes et combien de {{tiret|per|sonnes}}
 
  +
commerçants}}. — On voit maintenant se former, de
  +
différents côtés, la culture d’une société dont le
  +
''commerce'' était l’âme tout aussi bien que le combat
  +
singulier était l’âme de la culture chez les anciens
  +
Grecs, la guerre, la victoire et le droit chez les
  +
Romains. Celui qui s’adonne au commerce s’entend
  +
à tout taxer sans le produire, à le taxer <i>d’après le
  +
besoin du consommateur</i> et non d’après son besoin
  +
personnel ; chez lui la question des questions c’est
  +
de savoir « quelles personnes et combien de {{tiret|per|sonnes}}
213 112

modifications