Différences entre les versions de « La Mort d’un chêne »

Aucun changement de taille ,  il y a 13 ans
m
Bot : Remplacement de texte automatisé (-oeu +œu)
m
m (Bot : Remplacement de texte automatisé (-oeu +œu))
De ses arbres sacrés, dans l'ombre enseveli,
J'apprends la patience aux hommes inconnue,
Et mon coeurcœur apaisé vit d'espoir et d'oubli.
 
Mais l'homme fait la guerre aux forêts pacifiques ;
Où l'âme va cueillir la pensée et l'amour.
 
Prends ton vol, ô mon coeurcœur ! la terre n'a plus d'ombres
Et les oiseaux du ciel, les rêves infinis,
Les blanches visions qui cherchent les lieux sombres,
Le grand semeur a bien des graines à semer.
La nature n'est pas lasse encor de produire :
Car, ton coeurcœur le sait bien, Dieu n'est pas las d'aimer.
 
Tandis que tu gémis sur cet arbre en ruines,
 
Ne penche plus ton front sur les choses qui meurent ;
Tourne au levant tes yeux, ton coeurcœur à l'avenir.
Les arbres sont tombés, mais les germes demeurent ;
Tends sur ceux qui naîtront tes bras pour les bénir.
98 714

modifications