« Consuelo/Chapitre XLVI » : différence entre les versions

corr. match
m (Hsarrazin: match)
(corr. match)
 
 
 
==[[Page:Sand - Consuelo - 1856 - tome 2.djvu/68]]==
{{t2mp|'''
==[[Page:Sand - Consuelo - 1856 - tome 2.djvu/69]]==
{{t3|XLVI.'''}}
En parlant ainsi, ils arrivèrent à l’embranchement des deux routes où Consuelo avait rencontré Zdenko, et de loin ils aperçurent la lueur de sa lanterne, qu’il avait posée à terre à côté de lui. Consuelo, connaissant désormais les caprices dangereux et la force athlétique de l’innocent, se pressa involontairement contre Albert, en signalant cet indice de son approche.
 
==[[Page:Sand - Consuelo - 1856 - tome 2.djvu/76]]==
une toux sèche et perçante, signal de son lever. Consuelo eut le bonheur de n’être vue ni entendue de personne. La crainte lui fit retrouver des ailes pour se réfugier dans son appartement. D’une main agitée elle se débarrassa de ses vêtements souillés et déchirés, et les cacha dans un coffre dont elle ôta la clef. Elle recouvra la force et la mémoire nécessaires pour faire disparaître toute trace de son mystérieux voyage. Mais à peine eut-elle laissé tomber sa tête accablée sur son chevet, qu’un sommeil lourd et brûlant plein de rêves fantastiques et d’événements épouvantables, vint l’y clouer sous le poids de la fièvre envahissante et inexorable.
 
</div>