« Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Treillis » : différence entre les versions

m
formatage : (’), espaces à l'intérieur des guillemets, références
m (formatage : (’), espaces à l'intérieur des guillemets, références)
=== TREILLIS ===
s. m. Clôture de fenêtre de fer léger, mais très-serrée;
sorte de [[Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 6, Grillage|Grillage]] (voy. ce mot), mais capable d'opposerd’opposer une résistance
sérieuse. Il est souvent question, dans les romans des XIII<sup>e</sup> et XIV<sup>e</sup> siècles,
de fenêtres ainsi treillissées au dehors d'uned’une manière permanente
(voy. [[Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 6, Grille|Grille]]). On donnait aussi le nom de <i>treillis</i> à des grilles en façon
de chevaux de frise, pour défendre la contrescarpe des fossés des châteaux.
« Tout à l'environl’environ de Plessis, il fist faire (Louis XI) un treillis de
gros barreaux de fer, et planter dedans la muraille des broches de fer,
ayant plusieurs poinctes, comme à l'entréel’entrée par où l'onl’on eu pu entrer
aux fossés dudit Plessis<span id="note1"ref></spani>[[#footnote1|<sup>1Mémoires de Philippe de Commines</supi>]], liv. VI, chap. vii.»
</ref>. »
 
<br><br>
----
 
<references/>
<span id="footnote1">[[#note1|1]] : <i>Mémoires de Philippe de Commines</i>, liv. VI, chap. vii.
4 559

modifications