Différences entre les versions de « Walden ou la vie dans les bois/Commenté/1 »

m
aucun résumé de modification
m (→‎Économie : guillemet)
m
Mais quel est le sort de la pauvre minorité ? Peut-être reconnaîtra-t-on que juste en la mesure où les uns se sont trouvés au point de vue des conditions extérieures placés au-dessus du sauvage, les autres se sont trouves dégradés au-dessous de lui. Le luxe d'une classe se voit contrebalancé par l'indigence d'une autre. D'un côté le palais, de l'autre les hôpitaux et le " pauvre honteux ". Les myriades qui bâtirent les pyramides destinées à devenir les tombes des pharaons étaient nourries d'ail, et sans doute n'étaient pas elles-mêmes décemment enterrées. Le maçon qui met la dernière main à la corniche du palais, retourne le soir peut-être à une hutte qui ne vaut pas un wigwam. C'est une erreur de supposer que dans un pays où existent les témoignages usuels de la civilisation, la condition d'une très large part des habitants ne peut être aussi avilie que celle des sauvages. Je parle des pauvres avilis, non pas pour le moment des riches avilis. Pour l'apprendre nul besoin de regarder plus loin que les cabanes qui partout bordent nos voies de chemins de fer, ce dernier progrès de la civilisation ; où je vois en mes tournées quotidiennes des êtres humains vivre dans des porcheries, et tout l'hiver la porte ouverte, pour y voir, sans la moindre provision de bois apparente, souvent imaginable, où les formes des jeunes comme des vieux sont à jamais ratatinées par la longue habitude de trembler de froid et de misère, où le développement de tous leurs membres et facultés se trouve arrêté. Il est certainement bon de regarder cette classe grâce au labeur de laquelle s'accomplissent les travaux qui distinguent cette génération. Telle est aussi, à un plus ou moins haut degré la condition des ouvriers de tout ordre en Angleterre, le grand ''workhouse'' <ref>Workhouse signifie " maison de travail " mais aussi " pénitencier ".</ref> du monde. Encore pourrais-je vous renvoyer à l'Irlande, que la carte présente comme une de ses places blanches ou éclairées. Mettez en contraste la condition physique de l'Irlandais avec celle de l'Indien de l'Amérique du Nord, ou de l'insulaire de la Mer du Sud, ou de toute autre race sauvage avant qu'elle se soit dégradée au contact de l'homme civilisé. Cependant je n'ai aucun doute que ceux qui gouvernent ce peuple ne soient doués d'autant de sagesse que la moyenne des gouvernants civilisés. Sa condition prouve simplement le degré de malpropreté compatible avec la civilisation. Guère n'est besoin de faire allusion maintenant aux travailleurs de nos États du Sud, qui produisent les objets principaux d'exportation de ce pays et ne sont eux-mêmes qu'un produit marchand du Sud. Je m'en tiendrai à ceux qui passent pour être dans des conditions ordinaires.
 
On dirait qu'en général les hommes n'ont jamais réfléchi à ce que c'est qu'une maison, et sont réellement quoique inutilement pauvres toute leur vie parce qu'ils croient devoir mener la même que leurs voisins. Comme s'il fallait porter n'importe quelle sorte d'habit que peut vous couper le tailleur, ou, en quittant progressivement le chapeau de feuille de palmier ou la casquette de marmotte, se plaindre de la dureté des temps parce que vos moyens ne vous permettent pas de vous acheter une couronne ! Il est possible d'inventer une maison encore plus commode et plus luxueuse que celle que nous avons, laquelle cependant tout le monde admettra qu'homme ne saurait suffire à payer. '''Travaillerons-nous toujours à nous procurer davantage, et non parfois à nous contenter de moins ?''' Le respectable bourgeois enseignera-t-il ainsi gravement, de précepte et d'exemple, la nécessité pour le jeune homme de se pourvoir, avant de mourir, d'un certain nombre de " caoutchoucs " superflus, et de parapluies, et de vaines chambres d'amis pour de vains amis ? Pourquoi notre mobilier ne serait-il pas aussi simple que celui de l'Arabe ou de l'Indien ? Lorsque je pense aux bienfaiteurs de la race, ceux que nous avons apothéoses comme messagers du ciel, porteurs de dons divins à l'adresse de l'homme, je n'imagine pas de suite sur leurs talons, plus que de charretée de meubles à la mode. Ou me faudra-t-il reconnaître - singulière reconnaissance ! - que notre mobilier doit être plus compliqué que celui de l'Arabe, en proportion de notre supériorité morale et intellectuelle sur lui ? Pour le présent nos maisons en sont encombrées, et toute bonne ménagère en pousserait volontiers la majeure partie au fumier pour ne laisser pas inachevée sa besogne matinale. La besogne matinale ! Par les rougeurs de l'Aurore et la musique de Memnon, quelle devrait être la besogne matinale de l'homme en ce monde ? J'avais trois morceaux de pierre calcaire sur mon bureau, mais je fus épouvanté de m'a perce voirapercevoir qu'ils demandaient à être époussetés chaque jour, alors que le mobilier de mon esprit était encore tout non épousseté. Ecœuré, je les jetai par la fenêtre. Comment, alors, aurais-je eu une maison garnie de meubles ? Plutôt me serais-je assis en plein air, car il ne s'amoncelle pas de poussière sur l'herbe, sauf où l'homme a entamé le sol.
 
C'est le voluptueux, c'est le dissipé, qui lancent les modes que si scrupuleusement suit le troupeau. Le voyageur qui descend dans les bonnes maisons, comme on les appelle, ne tarde pas à s'en apercevoir, car les aubergistes le prennent pour un Sardanapale<ref>Dernier grand roi d'Assyrie de 669 à 627 av. J.-C.</ref>, et s'il se soumettait à leurs tendres attentions, il ne tarderait pas à se voir complètement émasculé. Je crois qu'en ce qui concerne la voiture de chemin de fer nous inclinons à sacrifier plus au luxe qu'à la sécurité et la commodité, et que, sans atteindre à celles-ci, elle menace de ne devenir autre chose qu'un salon moderne, avec ses divans, ses ottomanes, ses stores, et cent autres choses orientales, que nous emportons avec nous vers l'ouest, inventées pour les dames du harem et ces habitants efféminés du Céleste Empire, dont Jonathan devrait rougir rie connaître les noms. J'aimerais mieux m'asseoir sur une citrouille et l'avoir à moi seul, qu'être pressé par la foule sur un coussin de velours. J'aimerais mieux parcourir la terre dans un char à bœufs, avec une libre circulation d'air, qu'aller au ciel dans la voiture de fantaisie d'un train d'excursion en respirant la malaria tout le long de la route.
En ce parti adopté par nos ancêtres il y avait tout au moins un semblant de prudence, comme si leur principe était de satisfaire d'abord aux plus urgents besoins. Mais est-ce aux plus urgents besoins, que l'on satisfait aujourd'hui ? Si je songe à acquérir pour moi-même quelqu'une de nos luxueuses habitations, je m'en vois détourné, car, pour ainsi parler, le pays n'est pas encore adapté à l'humaine culture, et nous sommes encore forcés de couper notre pain spirituel en tranches beaucoup plus minces que ne faisaient nos ancêtres leur pain de froment. Non point que tout ornement architectural soit à négliger même dans les périodes les plus primitives; mais que nos maisons commencent par se garnir de beauté, là où elles se trouvent en contact avec nos existences, comme l'habitacle du coquillage, sans être étouffées dessous. Hélas ! j'ai pénétré dans une ou deux d'entre elles et sais de quoi elles sont garnies.
 
Bien que nous ne soyons pas dégénérés au point de ne pouvoir à la rigueur vivre aujourd'hui dans une grotte ou dans un wigwam, sinon porter des peaux de bête, il est mieux certainement d'accepter les avantages, si chèrement payés soient-ils, qu'offrent l'invention et l'industrie du genre humain. En tel pays que celui-ci, planches et bardeaux, chaux et briques, sont meilleur marché et plus faciles à trouver que des grottes convenables, ou des troncs entiers, ou de l'écorce en quantités suffisantes, ou même de l'argile bien trempée ou des pierres plates. Je parle de tout cela en connaissance de cause, attendu que je m'y suis initié de façon à la fois théorique et pratique. Avec un peu plus d'entendement, nous pourrions employer ces matières premières à devenir plus riches que les plus riches d'aujourd'hui, et à faire de notre civilisation une grâce du ciel. L'homme civilisé n'est autre qu'un sauvage de plus d'expérience et de plus îlede sagesse. Mais hâtons-nous d'en venir à ma propre expérience.
 
***
1 832

modifications