Différences entre versions de « Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/33 »

m
typo
m (typo)
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
ORANGE (Regné d’}. Ce nom ne semble pas appartenir à un membre de la célèbre famille d’Orange, chez laquelle le prénom de René paraît pour la première fois en 1530<ref>Avec René (1518-1544), prince d’Orange en 1530 et comte de Nassau en 1538.</ref> ; il doit donc s’appliquer à un poète originaire
+
ORANGE (Regné d’}. Ce nom ne semble pas appartenir à un membre de la célèbre famille d’Orange, chez laquelle le prénom de René paraît pour la première fois en 1530<ref>Avec René (1518-1544), prince d’Orange en 1530 et comte de Nassau en 1538.</ref> ; il doit donc s’appliquer à un poète originaire d’Orange, que nous ne connaissons pas d’ailleurs et qui partage avec FOULLÉE la paternité de la bergerette n{{o}} {{sc|lxxxv}} (p. 74)<ref>Voy. p. 146, n{{o}} {{sc|clxxii}}.</ref>.
d’Orange, que nous ne connaissons pas d’ailleurs et qui partage avec FOULLÉE la paternité de la bergerette n° {{sc|lxxxv}} (p.74)<ref>Voy. p. 146, n° {{sc|clxxii}}.</ref> .
 
   
 
 
ORLEANS (Madame d’). Marie de Clèves, troisième femme de Charles d’Orléans, qu’elle épousa en 1440, est célèbre par ses goûts artistiques : elle aimait les manuscrits,
+
ORLEANS (Madame d’). Marie de Clèves, troisième femme de Charles d’Orléans, qu’elle épousa en 1440, est célèbre par ses goûts artistiques : elle aimait les manuscrits, protégeait les peintres, Jean Fouquet entre autres<ref>L. Delisle, ''Le cabinet des manucrits'', t. I, p. 119-121.</ref>, et était poète comme son mari<ref>A. Champollion-Figeac, ''Louis et Charles ducs d’Orléans'' (1844), t.I, p. 353.</ref>.
protégeait les peintres, Jean Fouquet entre autres<ref>L. Delisle, ''Le cabinet des manucrits'' t. I, p. 119-121.</ref> , et était poète comme son mari<ref>A. Champollion-Figeac, ''Louis et Charles ducs d’Orléans'' (1844),t.I, p.353.</ref>.
 
Le rondeau de notre recueil (n° {{sc|xlviii}}, p. 43) a déjà été publié<ref>''Poésies complètes de Charles d’Orléans'', éd. d’Héricault, t. II, p.164.</ref> , ainsi qu’une autre pièce<ref>''Ibid.'', p. 200.</ref> , qui constituent tout ce qui reste des poésies de cette princesse.
 
   
 
Le rondeau de notre recueil (n{{o}} {{sc|xlviii}}, p. 43) a déjà été publié<ref>''Poésies complètes de Charles d’Orléans'', éd. d’Héricault, t. II, p. 164.</ref>, ainsi qu’une autre pièce<ref>''Ibid.'', p. 200.</ref>, qui constituent tout ce qui reste des poésies de cette princesse.
   
ORLEANS (Monseigneur d’). Les onze pièces dues à Charles d’Orléans (n<sup>os</sup> {{sc|x}}, {{sc|xxxvii}}, {{sc|xl}} à {{sc|xlii}}, {{sc|xliv-xlvii}}, {{sc|xlix}}, {{sc|li}}, {{sc|liii}}, p. 9, 34, 36 à 38, 40, 44, 46,
 
48), ont déjà été publiées<ref>''Ibid'', p. 133, 146, 149, 160, 161, 164, 166, 174, 174, 175 et 190.</ref> et n’apprennent rien de nouveau sur ce prince, qui ne fut « jamais qu’un enfant au gracieux babil, qui vécut sans comprendre, ce qu’il
 
   
 
ORLEANS (Monseigneur d’). Les onze pièces dues à Charles d’Orléans (n{{o}} {{sc|x}}, {{sc|xxxvii}}, {{sc|xl}} à {{sc|xlii}}, {{sc|xliv}}, {{sc|xlvi-xlvii}}, {{sc|xlix}}, {{sc|li}}, {{sc|liii}}, p. 9, 34, 36 à 38, 40, 42, 44, 46, 48), ont déjà été publiées<ref>''Ibid.'', p. 133, 146, 149, 160, 161, 164, 166, 174, 174, 175 et 190.</ref>, et n’apprennent rien de nouveau sur ce prince, qui ne fut « jamais qu’un enfant au gracieux babil, qui vécut sans comprendre, ce qu’il
 
 
 
108

modifications