« Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Construction -- Civiles » : différence entre les versions

m
à l'extérieur plutôt qu'à l'intérieur; si, au contraire, ils occupaient
une cage cylindrique ou polygonale d'un assez grand diamètre dans
œuvre (huit ou dix pieds), ils formaient complétementcomplètement saillie à l'extérieur
et ne gênaient pas les distributions intérieures. Quant aux corps de logis,
ils possédaient chacun leur comble particulier, et si les bâtiments étaient
notre affaire; mais, au point de vue de l'art, il n'est pas soutenable. Les
artistes qui traçaient les plans de nos cathédrales n'étaient point embarrassés lorsqu'il s'agissait de construire de ces grands établissements civils,
tels que des hospices, des collégescollèges, des maisons de ville, des marchés, des
fermes amplement pourvues de tous leurs services. Comme architectes,
il nous importe peu de savoir si ces hôpitaux, ces colléges, ces fermes
pour ne pas reconnaître ce que nous lui devons, assez fous pour ne pas
profiter de son labeur? Et pourquoi cette ingratitude et cette folie? Parce
que quelques esprits paresseux ont leur siégesiège fait et prétendent conserver
les principes d'un art mort, qu'ils se gardent de mettre en pratique, qu'ils
n'énoncent même pas clairement? Qui sont les esprits rétrogrades? Sont-ce
5 406

modifications